Le collège Saint-Joseph de Hull

L’école que nous voulons

L’année 2018 marquera les 50 ans de l’éminente Loi 56, celle par laquelle le Québec a reconnu l’école privée aux fins de subvention. Naissent alors les « écoles privées subventionnées », expression absurde qui pourrait faire sourire si elle ne nous avait pas tant nui collectivement.

Ce financement public se voulait au départ un accommodement raisonnable pour ménager l’Église catholique. Il a finalement contribué à la création d’un réseau parallèle déstructurant complètement le système d’éducation québécois. Il est bien sûr contraire au bon sens que des écoles privées soient financées par les contribuables. Mais cette iniquité flagrante sur un plan fiscal ne doit pas cacher le problème principal qu’elle alimente : la ségrégation scolaire, c’est-à-dire la séparation physique des enfants dans des écoles différentes en fonction du revenu de leurs parents, de leur appartenance sociale ou de leurs notes.

Ce nouveau contexte a plongé l’école publique québécoise dans le contexte brutal d’une concurrence marchande. Et l’avantage comparatif consenti par l’État à l’école privée subventionnée, soit un environnement exclusif à bas prix, a bien sûr fait des ravages dans les rangs de l’école publique. La « part de marché » du privé au secondaire est passée de 5 % en 1970 à presque 22 % aujourd’hui. L’école publique se devait de réagir. Elle l’a fait… en imitant le secteur privé subventionné, en optant à son tour pour l’écrémage. Ce fut l’arrivée des projets particuliers sélectifs qui, sous le couvert de programmes de football ou d’espagnol, offrirent aux parents un environnement exclusif à encore meilleur marché que le privé subventionné. On estime la part de marché du public sélectif à 20 % au secondaire.

Aujourd’hui, plus de 40 % des élèves se trouvent séparés des autres, ce qui fait de notre société l’une des plus ségréguées en matière scolaire en Occident. Comme l’écrivait en 2016 le Conseil supérieur de l’éducation, « l’écart se creuse entre les différents milieux : certains établissements ou certaines classes sont considérés comme moins propices à l’apprentissage (les familles qui le peuvent les fuient) et les conditions de travail y sont plus difficiles (les enseignants qui le peuvent les fuient également). » 

Cette politique officieuse de ségrégation scolaire a de nombreuses conséquences :

- Résultats en baisse aux examens provinciaux et internationaux ;

- Décrochage des enseignants (un quart des enseignants quitte tout simplement la profession dans les cinq premières années sur le marché du travail) ;

- Décrochage des élèves (taux de décrochage à 25,3% au secondaire) ;

- Compétences faibles ou insuffisantes en littératie pour 53 % des Québécois âgés de 16 à 65 ans.

Il ne faut pas spéculer longtemps pour découvrir la cause profonde de ces chiffres. Moins il y a de mixité sociale à l’école, moins la moyenne générale est forte et plus les élèves décrochent. On sait que les élèves performants tirent tout le monde vers le haut en améliorant les conditions d’enseignement. À l’inverse, les classes écrémées orchestrent leur propre spirale descendante. Les succès scolaires de l’Ontario, avec un système où le privé existe, mais ne reçoit pas un sou des contribuables, nous indiquent la voie à suivre avec un taux de décrochage de 13% au secondaire.

La logique du « choix »

Les tenants de l’immobilisme objecteront que, ce qui compte en définitive est d’offrir aux parents un « choix ». Ce pseudo-choix est en fait un dilemme qu’on laisse aux familles le soin de résoudre, chacune de leur côté, en les mettant en demeure de choisir entre le bien commun ou leur enfant. À ce jeu cruel, les parents choisiront toujours leurs enfants et renforceront ainsi le cercle vicieux de la ségrégation scolaire.

L’école que nous appelons de nos vœux s’inscrit, elle, dans un contexte d’inspiration républicaine, au sens d’une institution visant à faire valoir de manière égale un patrimoine intellectuel et scientifique auprès de ses enfants. Cette culture commune, mise à mal dans un contexte acquis à l’individualisme, au pseudo-choix et à la libéralisation de presque tout, ce que notre régime politique et même constitutionnel promeut, s’effrite chaque jour. Et la concurrence délétère à laquelle nos écoles se voient livrées participe à ce morcellement.

Une approche collective et résolument politique est appelée. Les élections d’octobre 2018 sont l’occasion parfaite de trancher le débat. À l’instar du Mouvement L’école ensemble, nous souhaitons que les partis proposent dans leur plateforme électorale des solutions claires au problème de la ségrégation scolaire au Québec. Il s’agit de l’enjeu de politique publique le plus important de notre société. Nous ne pouvons plus laisser l’anxiété et l’inertie décider pour nous. Aux partis politiques, nous demandons de nous offrir un choix le 1er octobre prochain afin que nous décidions collectivement de l’école que nous voulons.

Les auteurs du texte sont Marie-France Bazzo, Salomé Corbo, Alain Deneault et Anne Lagacé Dowson.