La CCN ira de l’avant pour bâtir les plaines LeBreton.

LeBreton: vers un quartier dynamique

OPINION / Le potentiel de développement des plaines LeBreton est indéniable. Nous avons une occasion sans précédent de créer un nouveau quartier dynamique, prospère, durable et une destination visionnaire au cœur de la capitale du pays — une chance de bâtir quelque chose de grand et de le bâtir ensemble.

Puisque la Commission de la capitale nationale (CCN) va de l’avant pour bâtir les plaines LeBreton, nous nous devons aussi d’assimiler les leçons apprises des efforts que nous avons déployés auparavant pour aménager ce secteur. Nous consulterons le public dès le début du processus. Nous veillerons à établir des échéanciers structurés lors des négociations avec les proposants. Nous concilierons le besoin de s’appuyer sur un plan conceptuel et une vision d’ensemble et celui de laisser place à l’innovation et à l’évolution au fil de l’aménagement des lieux. Nous souhaitons créer à la fois un quartier animé à usage mixte et des éléments audacieux d’édification de la capitale, et non l’un aux dépens de l’autre.

À LIRE AUSSI : Plaines LeBreton: «Nous voulons un quartier animé » — Tobi Nussbaum

À mesure que nous progresserons, plusieurs considérations importantes nous guideront.

Tout d’abord, le public doit jouer un rôle dès le début, en participant à l’élaboration, qui débutera en juin, du plan conceptuel qui servira de vision pour l’aménagement de ce site de 56 acres. Il s’agit de la plus grande zone de terrains toujours non aménagés du cœur de la capitale, et tous les citoyens ont un intérêt dans son avenir — et devraient donc avoir leur mot à dire à ce sujet. En plus des consultations que nous menons de façon continue auprès de la Nation algonquine, nous travaillerons étroitement avec d’autres intervenants, comme la ville d’Ottawa et les groupes communautaires, ainsi que les constructeurs et les promoteurs.

La vision et le plan conceptuel qui résulteront du processus fourniront une orientation générale concernant un ensemble d’éléments, comme le tracé des rues, les types de logements, les espaces verts, les parcs publics, les équipements et les attraits, mais il permettra aussi aux proposants retenus chargés d’aménager les lieux d’apporter des idées et des commentaires.

Deuxièmement, notre processus de demande de propositions doit être souple. Une fois que le plan conceptuel aura été approuvé par le conseil d’administration de la CCN et que nous aurons obtenu les approbations nécessaires de la Ville, la méthode d’aliénation des terrains et le moment de le faire devront répondre aux conditions du marché et susciter beaucoup d’intérêt chez les proposants potentiels. Nous n’avons pas encore déterminé la taille ou le nombre des parcelles de terrain qui devront être aliénées pour le réaménagement des plaines LeBreton.

Nous estimons que ces décisions nécessitent l’apport des parties prenantes et qu’elles ne devraient pas être prises avant que nous ayons élaboré un plan conceptuel ayant fait l’objet de vastes consultations. La forme doit suivre la fonction.

Troisièmement, nous savons que les travaux d’aménagement se dérouleront par étapes. Si cette zone était située dans le centre-ville actuel d’Ottawa, elle correspondrait à peu près au secteur compris entre l’avenue Laurier et la rue Somerset et entre le canal Rideau et la rue Metcalfe, un secteur immense réunissant des milliers de résidants et d’employés de bureau et comptant des sentiers, des parcs, des magasins, des écoles, des attraits culturels, des lieux publics et des dizaines d’immeubles, grands et petits. Nous amorçons le processus maintenant, mais nous savons que l’aménagement complet des lieux prendra du temps.

Étant donné que l’environnement urbain et relatif à la capitale des plaines LeBreton est en constante évolution, l’approche par étapes offrira la souplesse requise pour veiller à ce que les projets d’aménagement futurs puissent intégrer les avancées technologiques en ce qui concerne les méthodes de construction, l’urbanisme et la demande du marché. Elle nous permettra aussi de demeurer ouverts si l’intérêt d’établir aux plaines LeBreton un centre d’événements majeurs, comme un aréna ou un autre lieu public phare, se manifeste dans l’avenir.

Le secteur de la Bibliothèque constitue un bon exemple de notre approche.

Afin d’assurer la coordination avec le calendrier de construction de la nouvelle Bibliothèque publique de la Ville d’Ottawa et de Bibliothèque et Archives Canada, nous procéderons, une fois que le plan conceptuel aura été approuvé, à la première aliénation de terrain, soit celui situé à l’est de la rue Booth, près de la station Pimisi du train léger sur rail (TLR). Par ce processus, nous pouvons contribuer à faciliter l’accès entre le système de TLR et la bibliothèque et ainsi animer le secteur.

Lorsqu’il a annoncé le lancement de ce processus la semaine dernière, le conseil d’administration de la CCN savait que plusieurs éléments du projet restaient à définir. Il était persuadé que le projet devait évoluer avec la participation et l’engagement actifs d’autres parties prenantes.

Nous sommes enthousiastes de cette occasion de créer un endroit visionnaire pour les gens, qui contribuera de manière durable et audacieuse à une capitale nationale encore plus remarquable, et nous sommes résolus à la saisir.

L'auteur, Toby Nussbaum, est le premier dirigeant de la Commission de la capitale nationale