Le virtuel, un leurre

Une université française virtuelle en Ontario proposée par Wilbrod LeClerc est un leurre (LeDroit, 13 juillet). Même avec ses vertus, le virtuel ne remplacera jamais la confraternité dans une même classe, la symbiose d'un corps professoral autour d'une même table, dans la même langue, entre les mêmes «briques». Un écran dans une chambre ouverte aux distractions ne remplacera jamais la concentration sur le seul élan d'un professeur, ni les débats sans écran pendant le cours, ni les échanges d'un à un après le cours.