Paul-François Sylvestre.

Le père méconnu de l'Ontario français

Pour un grand nombre de personnes, Cadillac est le nom d'une voiture. Pour les passionnés d'Histoire, il demeure le fondateur de Détroit. La plaque qui signale son lieu de naissance, à Saint-Nicolas-de-la-Grave (Gascogne), nous apprend qu'Antoine Laumet de Lamothe Cadillac est né le 5 mars 1658 et qu'il est décédé en 1730, à Castelsarrasin (Midi-Pyrénées).
Lors de son union à Marie-Thérèse Guyon, célébrée à Québec en 1687, Antoine Laumet magnifie ses origines en disant être « Antoine de la Mothe, écuyer, sieur de Cadillac, 26 ans, fils de Jean de la Mothe, seigneur du dit lieu de Cadillac, de Launay et de Montet, conseiller au parlement de Toulouse et de dame Jeanne de Malenfant ». Or ses parents ne sont pas nobles. Simple magistrat, son père s'appelle Jean Laumet et il n'est le seigneur de nulle part.
Selon le Dictionnaire biographique du Canada, Cadillac « fut l'un des personnages les plus truculents de l'Histoire de la Nouvelle-France, considéré par Agnes Laut comme «un héros sublime qui ennoblit les premiers chapitres de l'histoire de l'Amérique du Nord» et par William John Eccles comme «l'un des plus fieffés coquins qui aient jamais foulé le sol de la Nouvelle-France ».
S'établir au Canada
Cadillac arrive au Canada vers 1683, d'abord à Port-Royal (Nouvelle-Écosse), puis à Québec. En 1694, il devient commandant du fort Michillimakinac, à la jonction des lacs Huron et Michigan. Quatre ans plus tard, il soumet à la cour royale un projet concernant les Pays d'en Haut: amener des colons à s'établir « au détroit » qui relie le lac Érié au lac Sainte-Claire.
Cadillac voulait y créer une colonie où s'installerait un nombre considérable de Français. Le ministre de la Marine, Jérôme Phélypeaux, comte de Pontchartrain, ne donne l'ordre de la réaliser qu'en 1700.
Cadillac part le 5 juin 1701 de Montréal et arrive au détroit le 24 juillet, accompagné de 50 soldats et de 50 colons. Il érige le fort Pontchartrain sur la rive nord (future ville de Détroit) et fonde une mission sur la rive sud (future ville de Windsor). Dans la ville de Détroit une plaque et une statue commémorent l'arrivée de Cadillac.
Piètre commandant à Michillimakinac, Cadillac l'est aussi à Détroit. Mais Pontchartrain ne peut admettre son erreur. Le 5 mai 1710, il expédie son ancien protégé en Louisiane avec les fonctions de gouverneur. Il sera rappelé en France en 1716 et s'éteindra à Castelsarrasin le 15 octobre 1730.
Père de l'Ontario français
Pourquoi soutenir qu'il soit devenu le «père de l'Ontario français»? Cela réside dans le geste qu'il a posé le 5 juin 1701. Contrairement à ses prédécesseurs qui ont fondé les forts Frontenac (Kingston), Conti (Niagara) et Buade (Michillimakinac), Cadillac amène avec lui des colons. Ils seront desservis par la mission de l'Assomption qui deviendra une paroisse (1767), la première en Ontario. Cette paroisse accueillera les institutrices Adhémar et Papineau qui fonderont la première école en Ontario (1786), une école française sous le Régime anglais. Ainsi naît la première colonie permanente en Ontario, une colonie entièrement francophone.
Le Haut-Canada est créé en 1791 et les élections en terre ontarienne ont lieu du 14 au 21 août 1792. Le scrutin d'août 1792 voit l'élection d'un Canadien français dans la personne de François Baby, député de Kent (aujourd'hui Windsor). Son frère Jacques est nommé au conseil législatif et au conseil exécutif; il a ni plus ni moins le rang de ministre.
Cadillac n'est pas responsable de tous ces développements. Mais c'est grâce à son esprit visionnaire qu'une colonie a vu le jour sur les bords de la rivière Détroit. Et cette colonie est la première communauté franco-ontarienne.