Le monument de Harper

Dans l'éditorial «Un monument à oublier» (LeDroit, 29 mai), Pierre Jury cite des chiffres sur les «victimes du communisme». Il y en aurait eu 20 millions en Union soviétique, un chiffre presque équivalent au nombre de victimes du nazisme, puisque 25 millions de personnes en URSS ont perdu la vie en combattant l'agression de l'Allemagne nazie en 1941. Peu probable. Questionnons plutôt pourquoi Stephen Harper tient-il mordicus à ce monument alors qu'il fait peu de cas des millions, bien documentés, de victimes du nazisme? Un élément de réponse se trouve sans doute dans son appui inconditionnel aux gouvernements - dont celui de l'Ukraine - dont les partis au pouvoir sont les héritiers du mouvement nazi de la Deuxième Guerre mondiale et font partie de la montée d'organisations fascistes et néo-nazies en Europe aujourd'hui.