Le gouvernement Trudeau réfléchit encore à la manière de faire atterrir sa Stratégie canadienne sur le logement pour venir en aide au 1,5 million de ménages canadiens qui éprouvent des besoins impérieux de logement.

Le logement social, la solution

OPINION / Le gouvernement Trudeau réfléchit encore à la manière de faire atterrir sa Stratégie canadienne sur le logement pour venir en aide au 1,5 million de ménages canadiens qui éprouvent des besoins impérieux de logement.

Le 22 novembre dernier, il a promis 40 milliards $ en 10 ans, dont une trentaine proviendront de ses propres coffres. Il a aussi annoncé une multitude de Fonds et d’initiatives à travers lesquels il prévoit notamment soutenir les promoteurs privés qui promettront de construire des logements dits « abordables » durant 10 ans ; il veut ainsi réaliser son objectif de garantir des coûts de logement ne dépassant pas 30 % du revenu.

Logemen’occupe ne croit pas que le financement de logements privés à but lucratif permettra d’atteindre les objectifs de la Stratégie. Comme le Front d’action populaire en réaménagement urbain dont il est membre, Logemen’occupe a la conviction que ce sera de l’argent jeté par les fenêtres. Nous estimons plutôt que le gouvernement Trudeau doit investir dans le logement social, et ce, sans ambigüité ni tergiversation. Ce faisant, il aura l’assurance que tous ces fonds publics serviront à fournir des logements décents, pendant plusieurs décennies, à des loyers rencontrant la capacité de payer des ménages actuellement mal-logés.

À notre avis, les logements abordables produits par le secteur privé ne le sont pas pour les ménages à faible et à modeste revenus. De plus, nous constatons que les constructions récentes de logements privés contribuent à la hausse du loyer dans le voisinage, en induisant une hausse de la valeur des propriétés environnantes, incluant celles qui n’ont même pas été rénovées comme on peut le constater pour les taudis situés dans le Vieux-Hull.

Selon le dernier recensement, près de 16 000 ménages locataires de Gatineau doivent consacrer plus de 30 % de leur revenu au loyer et leur revenu médian n’est que de 20 405 $ par année. Pour qu’il soit véritablement abordable, leur loyer devrait avoisiner 510 $ par mois. Les familles, les personnes seules vulnérables et les personnes âgées de Gatineau peinent particulièrement à trouver sur le marché privé des logements qui répondent à leurs besoins.

Au cours des prochaines années, nous souhaitons que les subventions du fédéral permettent aux promoteurs de logement social et communautaire de l’Outaouais de développer les nombreux projets qu’ils souhaitent ardemment réaliser. Dans cette perspective, nous demandons aux députés libéraux fédéraux de l’Outaouais d’intervenir également auprès du premier ministre Trudeau.

François Roy,

Coordonnateur de Logemen’occupe