Le président de Brigil, Gilles Desjardins, lors de la présentation de son projet

Le courage et la vision de Brigil

Je ne peux que me réjouir qu'un entrepreneur local comme Brigil investisse 400 millions $ devant le Musée canadien de l'histoire. Un fantasme? Non, du courage et de la vision pour un centre-ville qui en a grandement besoin.
De plus, comment le conseil municipal peut-il demeurer muet devant les importantes retombées en taxes municipales alors qu'on prêche le déficit en infrastructure?
Privilégier un petit groupe de propriétaires des rues Notre-Dame et Champlain au détriment des 230 000 citoyens n'est pas raisonnable. Une véritable icône au centre-ville, voilà ce que propose Brigil.
Guide touristique depuis 15 ans, j'accueille des milliers de touristes à Gatineau. J'ai bien hâte de leur montrer le panorama local du haut de notre icône, plutôt que ceux de l'autre côté de la rivière.
Je ne peux qu'espérer que les élus prendront la bonne décision.