Le centre-village de Chelsea.

Le centre-village de Chelsea en péril

OPINION / Si vous vivez à Chelsea, appréciez venir faire un tour dans le centre-village pour ses petits commerces et son cachet rustique ou fréquentez le parc de la Gatineau, vous risquez de voir prochainement s’ériger dans le cœur même du village des édifices qui ne cadrent pas à l’échelle avec le caractère historique du lieu.

En effet, des promoteurs locaux sont sur le point de construire 35 condos dans l’étroite ruelle Padden et proposent de transformer l’ancien dépanneur près du coin Scott-Old Chelsea en un édifice de trois étages pour y mettre une épicerie fine avec un hôtel de 20 chambres au-dessus et stationnement souterrain payant d’environ 50 cases.

Situé à l’entrée principale du parc de la Gatineau et près d’un axe routier important, le site est déjà congestionné à saturation alors y ajouter des projets de cette envergure menace la sécurité publique à long terme. Plus loin sur le chemin Old Chelsea

il y a de l’espace où 1000 unités de logement sont en cours de construction alors pourquoi vouloir coincer davantage le petit village et sacrifier son côté historique avec des projets disproportionnés?

Le secteur, lieu de fondation de la municipalité, est une zone fragile désignée patrimoniale  et il est prévu au Plan d’urbanisme que toute nouvelle construction doit s’insérer dans le déjà bâti afin de protéger les quelques maisons qui subsistent depuis le XIXe siècle.

Malgré une pétition en cours de plus de 2100 noms la mairesse Caryl Green et le conseil municipal semblent vouloir donner leur appui à ces projets.

Nous, quelques résidants du quartier, résistons encore avec l’appui de personnes solidaires mais il semble que malgré les joyaux architecturaux déjà disparus ailleurs au Québec, nous n’avons pas encore tout à fait appris notre leçon et que le centre-village de Chelsea viendra bientôt s’ajouter à la liste.

Le prochain conseil municipal se tiendra ce soir, 4 juin, à 19 h, au centre communautaire de Hollow Glen à Chelsea.

L'auteure du texte est Jeanne Dessureault de Chelsea