Le béton à l’UQO?

OPINION / Une sérieuse rectification s’impose à la lettre «L’UQO favorise le béton» (Le Droit, 23 février) (NDLR. du correspondant Guy Bellemare, professeur au département de Relations industrielles de l’Université du Québec en Outaouais).

Bien qu’en période de négociations il puisse y avoir des opinions divergentes quant à certains choix budgétaires qui peuvent être faits, il n’en demeure pas moins que ces opinions doivent s’appuyer sur les faits. Or, dans les circonstances, le propos qui reproche à l’UQO de « piger » dans le budget dédié à l’enseignement pour construire un bloc sanitaire s’avère pour le moins réducteur.

En fait, il en va tout autrement. La résolution adoptée par le conseil d’administration de l’UQO approuve qu’une demande de subvention soit faite afin de pouvoir construire un éventuel bloc sanitaire permettant ainsi d’offrir un service de vestiaire et d’installations sanitaires à l’intention des usagers et des spectateurs du terrain de soccer.

Il est clairement entendu que ce n’est que dans l’éventualité où une telle demande de subvention serait accordée que le conseil d’administration sera appelé à donner son aval au projet de construction du bloc en question. L’UQO possède des sources de revenus autonomes qui seront utilisés pour ce projet.

Ainsi, contrairement à ce que laisse faussement croire cette lettre d’opinion, l’UQO ne « pige » aucunement dans une enveloppe dédiée à l’enseignement ni ne privilégie la construction au détriment des études qui sont et demeureront toujours notre mission première.

Diane Godmaire, présidente du conseil d’administration, Université du Québec en Outaouais