La vague libérale n'a malheureusement pas amélioré la représentation franco-canadienne au Parlement, se désole notre correspondant.

La représentation franco-canadienne en chute

À la dissolution du Parlement, le 2 août 2015, la représentation franco-canadienne dans la 41e législature canadienne était composée de 6 conservateurs, 5 néo-démocrates et 2 libéraux.
Au lendemain du scrutin du 19 octobre, elle passe de 13 à 10 députés, tous libéraux sauf un. C'est une baisse de 23%.
À noter que depuis le scrutin du 19 octobre, la Chambre des communes compte 30 députés de plus.
La vague libérale a commencé à se faire sentir dès l'annonce des premiers résultats dans les provinces de l'Atlantique. Le Nouveau-Brunswick conserve quatre députés francophones, mais cette fois-ci ils sont tous libéraux.
<p>Dominic LeBlanc, député fédéral de Beauséjour (Nouveau-Brunswick)</p>
Dominic LeBlanc (Beauséjour) n'est plus le seul, il aura à ses côtés Serge Cormier (Acadie-Bathurst), Ginette Petitpas-Taylor (Moncton-Riverview-Dieppe) et René Arseneault (Madawaska-Restigouche). Le ministre Bernard Valcourt a été défait dans cette dernière circonscription et les néo-démocrates n'ont pas réussi à conserver Acadie-Bathurst, longtemps le fief d'Yvon Godin.
En Ontario, un seul député conservateur francophone a pu résister à la vague libérale: Guy Lauzon, dans Glengarry-Dundas-Stormont. Les gains libéraux dans Orléans ont fait perdre un député francophone (Royal Galipeau), tout comme dans Etobicoke-Lakeshore (Bernard Trottier).
Ces gains ont aussi changé l'allégeance politique de certains châteaux-forts franco-ontariens, comme Glengarry-Prescott-Russell et Nickel Belt, qui sont maintenant représentés respectivement par Francis Drouin et Marc Serré. La circonscription de Sudbury a aussi changé de couleur, d'orange à rouge, mais elle demeure elle aussi représentée par un Franco-Ontarien, le libéral Paul Lefebvre, propriétaire de l'hebdomadaire Le Voyageur.
Au Manitoba, le nouveau candidat François Catellier n'a pas réussi à maintenir la circonscription de Saint-Boniface-Saint-Vital dans le giron conservateur. Elle a suivi la vague libérale et le nouveau député est Daniel Vandal, un Métis dont la famille s'est longtemps affichée comme Canadienne-française.
Le doyen de tous les députés franco-canadiens demeure toujours Mauril Bélanger (Ottawa-Vanier). Il entame son huitième mandat. Ce gars de Mattawa mérite bien d'être nommé ministre.
L'auteur, Paul-François Sylvestre, habite à Toronto.