Le parc Jacques-Cartier
Le parc Jacques-Cartier

La région de la capitale du Canada se tourne vers ses berges

Tobi Nussbaum
premier dirigeant de la Commission de la capitale nationale
Article réservé aux abonnés
POINT DE VUE / Le contexte pandémique aura eu au moins une incidence positive et durable, en favorisant l’utilisation accrue des attraits extérieurs et le goût croissant de s’y récréer, de s’y rencontrer et de s’y déplacer. Cette évolution dans les habitudes survient à un moment où la Commission de la capitale nationale (CCN) met à l’avant-plan l’animation des berges et des cours d’eau, pour offrir aux gens de la région et d’ailleurs la chance de mieux s’imprégner de leur beauté saisissante. Il y avait trop longtemps que nous boudions nos plans d’eau et l’heure était venue de les mettre en valeur, en aménageant des havres riverains où se restaurer et se désaltérer, en étendant le réseau de sentiers et de promenades piétonnes et en privilégiant l’humain plutôt que l’automobile sur les voies riveraines.