Plusieurs citoyens se sont portés à la défense de la forêt Boucher.

La protection de la forêt Boucher

OPINION / Je suis allée à la réunion du conseil de la ville de Gatineau le 21 janvier. Il y a eu ce soir-là 22 interventions du public et les trois-quarts de ces interventions de citoyens et regroupements portaient sur l’importance de la protection de la forêt Boucher.

Il y a eu aussi la présentation d’une importante pétition de 16 000 noms de citoyens en faveur de la protection complète de la forêt Boucher. Le conseil de ville se dit à l’écoute et a précisé à cette même réunion qu’une décision concernant la protection de la forêt Boucher sera prise d’ici fin octobre 2020 avec la mise en œuvre du schéma d’aménagement et de développement révisé et notamment les travaux de concordance qui, selon le texte de la Déclaration d’urgence climatique adoptée par le conseil le 20 novembre 2018, permettront ainsi d’accélérer la mise en œuvre d’initiatives de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’adaptation aux changements climatiques incluant la transition énergétique.

De bien belles paroles qui ne garantissent rien. Comment peut-on s’assurer que Gatineau prendra cette période de 6 mois pour vraiment évaluer en concertation avec tous les citoyens comment protéger la forêt Boucher?

Ce sera très important des maintenant pour nous de continuer d’éclairer nos élus sur l’importance de conserver à 100 % la forêt Boucher et de proposer des options pour ce faire. Après tout, cette forêt urbaine, doit être conservée dans son intégralité — sans fragmentation. Cette fragmentation causerait une perte plus grande que les 25 % qui sont ciblés pour du développement résidentiel, pour s’assurer que cette forêt continue de jouer à plein son rôle important d’absorption de CO2 dans la lutte contre les changements climatiques ainsi que son rôle essentiel de drainage pour limiter les inondations. Tout en demeurant un paysage naturel et parc urbain important et accessible à tous les résidents de Gatineau...

Quand on voit tous les grands arbres perdus à cause de l’argile du frêne, l’abattage et défrichage complet de grands terrains plein d’arbres à maturité dans le secteur d’Aylmer pour permettre du développement domiciliaire et commercial grandissant, il est urgent de protéger des zones vertes tampons déjà bien établies assurant une bonne qualité de l’air et l’eau, et c’est ce que la forêt Boucher représente pour les 16 000 citoyens qui ont signé la pétition.

Planter des jeunes arbres un peu partout sur notre territoire, c’est une bonne initiative mais ça prendra des années pour que ces jeunes arbres puissent remplacer tous ces arbres à maturité perdus. Après tout notre conseil de ville a signé une déclaration d’urgence climatique. Il faut aussi comprendre que ça ne devrait certainement être l’option choisie par Gatineau pour compenser la perte par le développement de 25 % de la forêt Boucher.

Ne lâchons pas. C’est le temps de tous se faire entendre souvent et fortement au conseil de Gatineau.

Lucie Métras, Gatineau