La prévention pour bâtir une santé durable pour tous!

Monsieur le Premier ministre, les sommes considérables consenties en Santé et Services sociaux dans le dernier budget du gouvernement du Québec traduisent une volonté de donner priorité aux soins de santé. Soutenir les dépenses des établissements de santé pour améliorer l’accès aux soins, réduire les délais d’attente, bonifier les soins aux aînés, diminuer la pression sur les travailleurs de la santé, tout cela est louable et nécessaire. Cependant, pour véritablement bâtir la santé de la population et éviter que la maladie n’accapare une part toujours plus importante du budget, il faut prendre du recul et se développer une vision plus globale et durable de la santé.

Un constat s’impose: on investit toujours trop peu dans la prévention. Depuis des années, la santé publique, soutenue par des centaines de professionnels et des organismes de santé, plaident l’urgence d’investir davantage en prévention des maladies chroniques évitables, afin de diminuer la pression économique grandissante sur les soins de santé. Pourtant, malgré des investissements colossaux en soins de santé, la situation ne semble pas s’améliorer. Ferions-nous fausse route?

Augmenter les sommes consacrées à la prévention

L’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ) et ses partenaires signataires revendiquent individuellement et collectivement le droit à la santé durable pour vivre plus en santé, plus longtemps, dans un environnement plus sain et plus sécuritaire, pour nous et les générations futures. Pour ce faire, il serait responsable d’accroître les investissements garantis en santé publique à hauteur d’au moins 5% du budget de la Santé et des Services sociaux et, dans l’esprit de la Politique gouvernementale de prévention en santé, de réserver une part du budget récurrente et croissante pour soutenir la santé durable dans chacun des ministères. Des investissements augmentés et garantis en prévention contribueraient à garder toute une population en santé, plus longtemps.

Bâtir la santé durable, c’est mettre en application un ensemble d’actions de prévention, de promotion de la santé, d’éducation, de recherche en santé publique et, surtout, de placer la prévention au cœur de toutes les politiques gouvernementales.

Avant que le budget des soins de la santé atteigne des proportions démesurées, donnons-nous ensemble les moyens de bâtir un projet social et économique basé sur la santé durable par la prévention.

Sylvie Bernier, ambassadrice des saines habitudes de vie, Québec en forme
Lilianne Bertrand, présidente, Association pour la santé publique du Québec (ASPQ)
Kevin Bilodeau, directeur Relations gouvernementales, Fondation des maladies du cœur et de l’AVC
Guy Desrosiers, chef de la direction, Capsana
Nathalie Dion, présidente, Ordre des architectes du Québec (OAQ)
Ginette Lafontaine, présidente, Réseau francophone international pour la promotion de la santé (RÉFIPS)
Éric Lamothe, directeur général, Québec en forme
Dre Lyse Landry,directrice de santé publique, CISSS Abitibi-Témiscamingue
Denis Marion, président par intérim Réseau québécois des villes et villages en santé (RQVVS) et Maire de Massueville
Sylvie Poissant, vice-Présidente, Programmes et politiques, Société canadienne du cancer, division du Québec
Pascal Thériault, vice-président, Ordre des agronomes du Québec
Karina Verdon, directrice générale et Secrétaire de l’Ordre, Ordre des urbanistes du Québec
Dr Hugo Viens,président, Association médicale du Québec (AMQ)