Selon le Conference Board of Canada, «la connaissance du français au Canada bilingue fait augmenter les exportations de 1,7 milliard $ US et les importations de 7,2 milliards $».

La francophonie en Ontario contribue à la prospérité économique

OPINION / Suite à l’onde de choc qui a secoué notre francophonie, en sabrant la défense de ses droits linguistiques et en annulant son projet d’avenir universitaire, je tiens au nom de la Société économique de l’Ontario (SÉO) et de son conseil d’administration, à rappeler au gouvernement de l’Ontario que les Franco-Ontariens sont des citoyens à part entière et qu’ils contribuent pleinement à l’essor économique de notre province.

Les francophones sont des moteurs de l’économie, le secteur public compte plus de 100 000 francophones. L’industrie agroalimentaire contribue 6 % du PIB, et compte 64,3 % de francophones. Juste l’industrie agricole a 75,6 % de francophones. Le tourisme vaut 3 % du PIB provincial et 98 % de ce secteur est composé de PME. De nombreuses sont francophones et bilingues.

Le 23 novembre dernier, votre gouvernement a démontré, un nouvel intérêt pour le projet d’université francophone. En termes économiques, l’Université de l’Ontario français trouve toute sa raison d’être : ce sera un pôle d’excellence et d’innovation qui répondra aux besoins criants du marché du travail, créera des emplois et formera les leaders économiques de demain.

L’Ontario compte 33 % des PME du Canada, elles assurent la stabilité économique de nos régions et la plupart sont dirigées par des francophones. Elles prennent de l’expansion, investissent et explorent de nouveaux marchés, et ce tout en valorisant le français. Ce sont des acteurs économiques essentiels qui créent des emplois, offrent des opportunités professionnelles aux jeunes pour qu’ils restent dans leurs régions, facilitent l’intégration des immigrants sur le marché du travail et valorisent l’entrepreneuriat féminin.

Comme tous les francophones, nos entrepreneurs ont besoin de services en français et que leurs acquis et institutions linguistiques, tel le commissariat aux services en français, soient respectés.

Le bilinguisme est de 89,4 % chez les francophones, c’est la force de notre bassin entrepreneurial qui permet de réussir au sein des marchés hautement concurrentiels. Selon le Conference Board of Canada, «la connaissance du français au Canada bilingue fait augmenter les exportations de 1,7 milliard $ US et les importations de 7,2 milliards $.»

Il devient urgent de comprendre la valeur de l’espace économique francophone qui participe clairement aux efforts de votre gouvernement pour un Ontario ouvert aux affaires. Nos entrepreneurs rehaussent le tissu social des régions, contribuent à la croissance du marché du travail et ils le font en français, une langue qui nous partageons avec plus de 274 millions de personnes à travers le monde, un potentiel de développement économique encore sous exploité.

L'auteur est Denis Laframboise, président de la Société économique de l’Ontario.