«Les résidents ont le droit de se sentir en colère à propos de la débâcle de 17/174», souligne l'auteure du texte.

La 17/174 : c’est la vie !

OPINION / La semaine dernière, les médias d’Ottawa ont rapporté que l’autoroute 17 entre Renfrew et Arnprior serait élargie de 2 à 4 voies. Une partie de leur raison d’être était d’accroître la sécurité routière.

Bien que je comprenne que ce tronçon est une responsabilitée provinciale et que le corridor entre Rockland et la route Canaan est une responsabilité du comté, il n’annule pas la frustration et le ressentiment que les résidents de Clarence-Rockland doivent ressentir à l’annonce de ces nouvelles. Ce tronçon de route n’est pas sécuritaire; il défie même la définition d’un « trajet normal ». Dans son état actuel, il est plus d’un jeu de loto où les chances sont contre vous d’arriverez à votre destination en toute sécurité ou même à l’heure.

Personne ne semble être en mesure de répondre aux questions : « Comment ce tronçon, qui était autrefois une responsabilitée provinciale, a-t-il été autorisé à être téléchargé dans le comté, et comment ou peut-être « qui » a-t-il bénéficié de cette décision mal conçue? »

Il y a environ trois ans, un groupe de chefs d’entreprise enthousiastes de notre collectivité, complété par des conseillers juridiques de l’extérieur, a tenu une réunion publique très suivie pour aviser les résidents que des plans étaient en cours pour faire de l’élargissement du corridor 17/174 une réalité.

C’était la première et la dernière fois que nous entendions parler d’eux.

Les résidents ont le droit de se sentir en colère à propos de la débâcle de 17/174 et devraient faire entendre leur voix à ce sujet plutôt que d’adopter un état d’esprit «c’est la vie ».

Malgré les frustrations que nous ressentons tous chaque fois que ce couloir est fermé en raison d’un accident ou d’un gouffre à tout moment de la journée ou de la nuit, et nous sommes obligés de faire des détours ridiculement longs sur des routes tout aussi dangereuses qui ont été gravement négligées, la sécurité de nos résidents qui se déplacent est d’une importance primordiale. Tout cela exige que cette question doit être soulevée à la province d’une manière la plus véhémente à chaque occasion.

Des élections sont à venir et des promesses seront probablement faites, mais c’est à nous de rendre les dirigeants responsables.

Oui, le 17/174 est une route du comté, mais la plupart des gens dans le comté ne font pas la navette sur elle tous les jours, donc ne vous attendez pas à ce qu’ils fassent des bruits forts. La plupart des personnes qui demeurent dans les banlieux de Clarence-Rockland utilisent le 17/174 tous les jours, donc c’est à nous d’être «la roue qui grince».

L'auteure du texte est Suzanne Normoyle de Rockland.