Ils dérangent qui?

J'habite le Vieux-Hull. C'est étonnant de voir combien de mes voisins n'avaient aucune idée que des sans-abri campaient dans le boisé sur la rive du ruisseau avant la parution d'articles sur le sujet il y a quelques jours («Avenir incertain pour le campement du ruisseau de la Brasserie», LeDroit, 25 juin). Donc, finalement, ça dérange qui et pourquoi, en toute sincérité? Je ne débattrai pas pourquoi moi je suis totalement en accord avec ce mouvement, cette fraternité, si on peut dire. Pour chaque argument pour, il y en aura un contre. Par contre moi, je préfère agir toujours dans le sens du pour... que dans le sens du contre.