Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette, a rejeté ce rapport en minimisant son impact et le travail de ses auteurs.

Il faut parler des questions de santé au Québec

Santé Outaouais 2020 a récemment dévoilé un rapport sur l’état des soins de santé dans le Pontiac. Le rapport, rédigé par Gilbert Langelier, Paul-Émile Leblanc et Michel Légère, dresse un sombre tableau de la détérioration de la qualité des services de santé en Outaouais.

Pendant des mois, mes collègues et moi du comité d’action « Voix du Pontiac » — voué à dénoncer les frais de stationnement dans les hôpitaux et autres atrocités liées aux soins de santé —, avons défendu un certain nombre de questions liées aux soins de santé. Avec un certain nombre de résidents et de fonctionnaires municipaux, nous avons parlé du déclin de la qualité des services de santé dans notre région. Le rapport de Santé Outaouais 2020 confirme ce que nous affirmions depuis des mois : « On remarque qu’en transférant trop de services  en ville… les  services de proximité ont été grandement diminués. En résumé, le personnel est inquiet, frustré et épuisé. La région du Pontiac a subi une grande perte d’autonomie. »

Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette, a rejeté ce rapport en minimisant son impact et le travail de ses auteurs. C’était extrêmement décevant de voir le ministre réagir de cette façon. Ce rapport — bien que franc et critique quant au déclin de nos soins de santé locaux après les réformes mandatées par le gouvernement — est une occasion pour le ministre de répondre positivement aux besoins des populations rurales.

J’ai eu besoin de deux chirurgies au cours des deux dernières années en raison de blessures sportives. Récemment mon épouse et moi avons eu notre deuxième enfant. Chaque cas à l’hôpital a été marqué par des soins prodigués avec compassion par des personnes qui travaillaient dur et qui étaient manifestement épuisées dans certains cas. Nous avons une dette de gratitude envers les travailleurs de la santé du Québec que je crains de ne jamais pouvoir rembourser. Les changements consolidés à notre système de soins de santé ont non seulement fait du tort aux patients, mais aussi aux travailleurs de la santé. C’est  inacceptable.

À vous, chers lecteurs, je vous demande votre aide. Parlez des soins de santé au Québec avec votre famille et vos amis. Écrivez à vos journaux locaux et écrivez à vos élus à tous les ordres de gouvernement au sujet de vos expériences de soins de santé au Québec. Plus ces questions sont débattues publiquement, plus elles recevront d’attention des élus. Cela ne peut que signifier de meilleures choses pour les soins aux patients pour les personnes qui nous sont chères.

L'auteur du texte est Benjamin Woodman de Pontiac.