Essayiste et fondateur des Éditions du Vermillon, Jacques Flamand s’est éteint le 19 octobre dernier.

Hommage à Jacques Flamand

« Être homme, écrivait St-Exupéry, dans Terre des hommes, c’est sentir, en posant sa pierre, que l’on contribue à bâtir le monde. » Oui, Jacques, tu fus, à juste titre, un bâtisseur. Je me permets de m’adresser directement à toi car tu as désormais, en plus de notre cœur, l’éternité pour demeure.

Homme de vision, tu scrutais inlassablement l’horizon non seulement pour faire corps avec la pierre comme l’indique un de tes livres, L’étreinte de la pierre, mais bien dans l’espoir d’étreindre l’inaccessible, l’indicible, l’invisible.

Homme de mission, tu es allé jusqu’au bout de ton désir d’ouvrir les portes de ta maison d’édition à celles et à ceux qui, comme toi, tenaient à immortaliser, par l’écriture, leurs rêves, leurs savoirs et leurs espoirs afin d’agrémenter leur vie et celle des autres.

Homme de parole, tu as traversé le temps en savourant le silence, un de tes alliés favoris, pour féconder ton esprit créateur et nous laisser au fil des années le meilleur de toi-même dans plus d’une quarantaine d’œuvres littéraires.

Du fond du cœur, je te redis merci, au nom de tous les miens, pour ta sensibilité, ta générosité et ta contribution au peuple haïtien, particulièrement lors du séisme qui s’est abattu sur ma terre natale en 2010. Puisses-tu te reposer en paix et retrouver dans cet ailleurs où la vie ne meurt pas, celles et ceux que tu as connus et aimés ici-bas.

Sincères condoléances à Monique, ta compagne de tous les combats, à tes fils, à tous les membres de ta famille, incluant ceux de ta grande famille littéraire. Bon voyage et merci pour l’ensemble de tes réalisations, un cadeau inestimable pour l’humanité et un gage de ton immortalité. Merci.

L'auteur est Serge Cham, Gatineau.