Certains avancent que seuls ceux et celles qui ont le français comme langue maternelle, et ceux et celles qui parlent français le plus souvent à la maison, devraient être considérés comme francophone.

Francophonie: une histoire de chiffres et de réalités

Dans une lettre dans Le Droit («Mise au point sur la francophonie dans la foulée de l’affaire Bombardier», 7 novembre), François Charbonneau remet en cause l’utilisation, par notre organisme, du chiffre de 2,7 millions pour décrire le fait français dans les neuf provinces et trois territoires où se trouvent les communautés francophones et acadiennes que nous servons. Ce chiffre correspond à ceux et celles qui connaissent le français, qu’il s’agisse de leur langue maternelle ou non. La lettre de M. Charbonneau faisait écho au débat suscité par la mention de ces 2,7 millions à l’émission « Tout le monde en parle » dimanche dernier.

Dans ce débat, cette semaine, certains ont joint leur voix à celle de M. Charbonneau pour prôner des définitions plus restreintes de la francophonie. Il y en a même qui avancent que seuls ceux et celles qui ont le français comme langue maternelle, et ceux et celles qui parlent français le plus souvent à la maison, devraient figurer dans cette petite case statistique francophone.

À lire également : Mise au point sur la francophonie dans la foulée de l’affaire Bombardier

Or, selon cette définition, trois des employés et employées de la FCFA ne sont plus des francophones. Deux sont nés respectivement au Burundi et au Chili et ont une autre langue maternelle que le français ; le troisième parle à égalité le français et l’anglais à la maison. Trouvez l’erreur.

Nous sommes en 2018. La francophonie a changé. Près de 30 % des francophones de la Colombie-Britannique et 26 % de ceux et celles de l’Alberta ne sont pas nés au Canada. Un nombre croissant de personnes de langue anglaise vivent en partie en français à la maison parce que leur conjoint ou conjointe est francophone et leurs enfants fréquentent nos écoles.

Bien sûr que les 2,7 millions de personnes qui parlent le français ailleurs qu’au Québec ne s’identifient pas tous comme francophones. Mais ces parents de langue anglaise qui participent aux activités en français à l’école de leurs enfants, ces gens issus de l’immersion qui font la fête au Festival du Voyageur à Saint-Boniface, participent-ils à la vie de la communauté francophone? De plus en plus, la réponse est oui.

La question n’est pas de savoir s’ils sont francophones ou non. La question est de savoir si, peu importe comment ils s’identifient eux-mêmes, ils font partie de cette expérience quotidienne qui s’appelle la francophonie. Qui sommes-nous pour statuer sur leur appartenance? Qui sommes-nous pour trier qui se situe à l’extérieur plutôt qu’à l’intérieur?

Si on nous donne le choix entre deux statistiques foncièrement imparfaites pour dépeindre tout le spectre des façons de s’identifier à la francophonie ou d’y participer, nous ferons toujours le choix de la plus inclusive. C’est une question d’ouverture. Une question de non plus uniquement protéger la francophonie, mais aussi la partager.

Différentes statistiques dépeignent différentes facettes d’une réalité et sont utiles dans différents contextes. Autour du noyau dur formé de 1,1 million de personnes pour qui le français est la principale langue de communication, peu importe leur langue maternelle, il y a ce fruit de 1,6 million de personnes qui ont appris le français et l’utilisent beaucoup, modérément ou un peu dans la vie quotidienne. Le potentiel de croissance de la francophonie, il est là. Et dans le cas qui nous occupe, le public de Radio-Canada et de l’émission Tout le monde en parle – qui, à ce que l’on sache, n’ont pas comme mandat de s’adresser aux seuls francophones de langue maternelle – il est là.

Utiliser ce chiffre ne revient pas à nier le défi majeur de l’assimilation. Pas plus que de corriger les propos de Denise Bombardier sur la disparition de nos communautés ne revient à dire que tout va bien en francophonie. Trouver des solutions à ce défi majeur? Oui, absolument, et nous y travaillons à chaque jour. Continuer d’exclure systématiquement les immigrants et immigrantes qui ont choisi le français, les gens qui se battent à nos côtés et participent à nos communautés? Non, cent fois non.

Si notre francophonie existe toujours dans 40 ans, elle sera portée non plus seulement par les enfants qui sont présentement dans nos écoles, mais aussi par tous ceux et toutes celles qui ont choisi de vivre une partie de leur vie en français, peu importe leur origine ou leur langue maternelle.

Autant commencer à les inclure maintenant.

L'auteur est Jean Johnson, président de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada.