Le premier ministre Philippe Couillard

Du leadership, M. Couillard!

Le 5 juillet 1960 s'amorçait la Révolution tranquille avec l'élection de Jean Lesage. Au cours de ce demi-siècle, le Parti libéral a été au pouvoir pendant 32 ans et 8 mois. L'une de ses principales obligations était le contrôle des finances publiques. Or, c'est le contraire qui s'est produit: dépassements de coûts, manque de rigueur budgétaire, déficits cumulés, endettement record. Élu il y a huit mois, le gouvernement Couillard veut arrêter l'hémorragie et propose un électrochoc, avec peu de planification et sans consultation. L'objectif visé est louable mais la manière d'y parvenir en laisse plusieurs songeurs, déçus et inquiets. Le premier ministre a le devoir d'intervenir pour calmer le jeu, pour modérer la cadence, pour écouter l'inquiétude qui grandit et pour affirmer son leadership. C'est la principale façon d'éviter une crise sociale majeure qui viendrait compromettre sérieusement l'exercice en cours et l'atteinte des résultats escomptés.
Jean-Pierre Allard, Gatineau