Donalda Charron

Donalda Charron, un modèle pour l’UQO

OPINION / Donalda Charron travaillait comme contremaitresse à la compagnie E. B. Eddy spécialisée dans la fabrication des allumettes. Elle a été la première présidente de syndicat au Québec.

Même si le site Web Réseau du patrimoine de Gatineau et de l’Outaouais indique que « Le nom de Donalda Charron figure sur la liste de noms disponibles pour de futures désignations toponymiques municipales », depuis plusieurs années, il n’y a toujours rien à son nom à Gatineau. Cette femme a soutenu deux grèves et après la deuxième, M. Eddy qui l’avait congédiée a refusé de la rembaucher.

Pourtant, cet homme, un des pires employeurs qui verrouillaient les portes avec les employés et employées à l’intérieur de l’édifice quand un feu se déclarait, a une rue à son nom à Gatineau.

En mai 2016, le Syndicat des chargées et chargés de cours de l’Université du Québec en Outaouais (SCCC-UQO) a proposé le nom de Donalda Charron pour le parc entre le boulevard du Plateau et celui des Allumettières. Malheureusement, notre proposition n’a pas été retenue.

Si la Ville de Gatineau n’a toujours pas honoré cette femme, nous demandons à ce que le recteur Denis Harrisson de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) le fasse, lui, en nommant un espace de l’UQO à son nom. Au moins trois facteurs justifient notre demande. À l’UQO, la majorité des syndicats ont des femmes à leur présidence. Les femmes y sont conséquemment bien représentées, mais pas dans les noms des espaces. De plus, le pavillon Alexandre-Taché est situé à moins de deux kilomètres de l’usine des Allumettières; ce serait donc un beau clin d’œil. Finalement, l’Université uquoise a le devoir de faire rayonner les grandes et grands de notre région; pourquoi pas cette Outaouaise de renom?

Quelle belle marque de reconnaissance des femmes ce serait en cette Journée internationale des femmes!

Catherine Béland,

Marie-Josée Bourget,

Sylvie Chénier,

Laurence Clennett-Sirois,

Ursula Dika et

Valérie Pépin-Leblanc,

Comité de la condition féminine,

Syndicat des chargées et chargés de cours,

Université du Québec en Outaouais