Désinformation au sujet du VIH

La semaine dernière, Le Droit rapportait la triste nouvelle de l'urgentologue de l'Hôpital de Gatineau qui recevait la décision du Collège des médecins au sujet de son comportement envers une patiente. Cet incident, ainsi que la manière dont la nouvelle a été rapportée dans les médias sont très inquiétants pour de nombreuses raisons.
Tout d'abord, nulle part est-il mentionné que le VIH ne se transmet pas par la salive. Ce silence de la part du journaliste ainsi que du médecin accusé des voies de fait envers la patiente est d'autant plus inquiétant qu'il laisse sous-entendre que le médecin était à risque et que la patiente a eu un comportement dangereux et irresponsable. 
De plus, nous ne voyons aucune explication logique pour un médecin qui connaît les modes de transmission du virus et qui a l'habitude traiter des patients infectés, persiste à dire qu'il a eu peur de contracter le VIH. 
En mentionnant la peur et en précisant que le médecin a suivi un traitement de médicaments prophylactiques, bien qu'il n'y avait aucun risque significatif de transmission, cela crée de la confusion et de la panique auprès de la population et envoie un message erroné sur le VIH au grand public. De plus, cette désinformation diabolise les personnes vivant avec le VIH qui souffrent déjà de multiples discriminations et de marginalisation. Très souvent, leur statut séropositif est un résultat direct de la précarité dans laquelle vivent ces personnes. 
Finalement, il est étrange que tant d'emphase soit mis sur le VIH dans cette histoire alors qu'il s'agit d'abord et avant tout d'un comportement violent et inacceptable de la part d'un professionnel de la santé. Faut-il comprendre que le comportement du médecin est justifiable ou moins condamnable parce que cette patiente est séropositive? Il serait tout de même souhaitable que la presse et les médias, s'ils ne détiennent pas une information juste et vérifiée, évitent d'aggraver le manque d'information du VIH auprès du public en général.
Le BRAS est un organisme communautaire qui a comme mission d'élaborer et de promouvoir des actions communautaires visant l'amélioration de la qualité de vie de la population de l'Outaouais face au VIH/sida.
Philippa Jabouin, Agente de communication, Bureau régional d'action sida