Plusieurs articles ayant été publiés au cours des derniers mois dans le Bulletin d’Aylmer ont été plagiés sur des textes du quotidien Le Droit.

Des textes du Droit plagiés et publiés dans le Bulletin d’Aylmer

Plusieurs articles ayant été publiés au cours des derniers mois dans le Bulletin d’Aylmer ont été plagiés sur des textes du quotidien Le Droit. Ces reportages, portant essentiellement sur la Ville de Gatineau, ont été utilisés sans autorisation ni crédit à leurs auteurs, les journalistes Mathieu Bélanger et Justine Mercier. Les éditeurs de journaux ne lésinent pas avec ce genre de comportement. Il est important que nos lecteurs sachent que le plagiat est intolérable, peu importe les circonstances.

Notre priorité est de garantir à nos lecteurs un travail journalistique intègre, rigoureux et professionnel. C’est grâce à la vigilance de lecteurs attentifs des deux journaux que nous avons pris connaissance des articles identiques publiés sous deux signatures, nous plongeant ainsi dans l’embarras. 

Ces articles sont la propriété intellectuelle du Droit. Les éditeurs du Bulletin se sont empressés d’exprimer leurs regrets à l’éditeur et aux journalistes du quotidien pour cette faute professionnelle. 

Nous leur présentons aujourd’hui nos excuses les plus sincères.  

La journaliste Natalie Robichaud n’est plus à l’emploi du Bulletin d’Aylmer ni des autres publications dont nous sommes propriétaires. 

Ses actions, qui ne respectent pas le code déontologique rigoureux de la profession, ont miné la crédibilité du Bulletin d’Aylmer.

Une enquête est présentement en cours afin d’établir l’étendue du plagiat, en collaboration avec les deux journaux et les journalistes impliqués.

Nous offrons également des excuses à tous nos lecteurs pour cette faute professionnelle grave, et surtout, pour avoir omis de faire une vérification rigoureuse des faits. Nous espérons que le Bulletin d’Aylmer regagnera rapidement votre confiance, chers lecteurs.

L'auteure du texte est Lily Ryan, rédactrice en chef et co-éditrice du Bulletin d’Aylmer.