Brigil tient à féliciter le gouvernement du Québec pour la reprise partielle de l’industrie de la construction et souhaite la réouverture rapide et sécuritaire des chantiers de construction domiciliaire et le lancement de ces grands chantiers pour l’Outaouais.
Brigil tient à féliciter le gouvernement du Québec pour la reprise partielle de l’industrie de la construction et souhaite la réouverture rapide et sécuritaire des chantiers de construction domiciliaire et le lancement de ces grands chantiers pour l’Outaouais.

Des idées pour relancer notre économie

OPINION / Je tiens à saluer les efforts du regroupement de différents leaders pour les propositions d’un plan de relance de l’économie du Québec et celle de la Chambre de commerce de Gatineau pour établir des liens avec nos députés de l’Outaouais.

Il est impératif que notre gouvernement puisse mettre en place des mesures qui permettront une reprise rapide de notre économie.

À cet égard, vous me permettrez de vous faire part de ce que je considère comme des mesures qui permettraient de remettre rapidement sur pied tout un pan de notre économie, qui a été frappée de plein fouet par la COVID-19 et les mesures de prévention collectives, hautement nécessaires mais durement ressenties. Nous tenons avant tout à féliciter le gouvernement du Québec pour la reprise partielle de l’industrie de la construction et nous souhaitons la réouverture rapide et sécuritaire des chantiers de construction domiciliaire et le lancement de ces grands chantiers pour l’Outaouais. Comme le dit le vieux dicton, et c’est encore plus d’actualité aujourd’hui, quand la construction va, tout va !

Voici les propositions :

- Augmenter substantiellement le financement et assurer l’agrandissement du campus de l’Université du Québec en Outaouais afin que celle-ci puisse atteindre le niveau d’inscriptions correspondant à la taille des villes et régions comparable à la Ville de Gatineau et à l’Outaouais. Dans les régions similaires de 400 000 personnes et plus, la cohorte étudiante atteint facilement les 30 000 étudiants au lieu des quelque 7500 actuellement en Outaouais. C’est un écart considérable à combler. Nul ne saurait nier que l’économie du savoir assure l’attrait et la croissance d’une région avec une relève instruite, jeune et dynamique ;

- La réalisation du train léger ou tramway pour assurer le transport urbain dans l’ouest de la ville de Gatineau ;

- La mise en chantier de l’aménagement des 170 lits additionnels dans le réseau hospitalier de l’Outaouais, soit par un agrandissement ou une nouvelle construction ;

- L’annonce de l’élargissement de l’autoroute 50 à quatre voies qui favorisera le transport des marchandises ;

- Le développement d’infrastructures touristiques de niveau international afin que Gatineau puisse assumer pleinement son rôle d’une des trois portes d’entrées du tourisme au Québec.

Nous avons la chance de vivre dans une communauté frontalière, avec la capitale du Canada, qui compte plus d’un million de personnes, dont une grande partie occupent un emploi bien rémunéré au sein de la fonction publique fédérale. Notre gouvernement doit être novateur et mettre en place des mesures qui accentueront le pouvoir d’attrait de l’Outaouais. Peu importe le lieu d’emploi, c’est le lieu de résidence qui assure la plus grande entrée de revenus fiscaux.

Ainsi, la mise en place de mesures fiscales ci-dessous nous permettrait d’accroître l’attrait de l’Outaouais et sa vitalité économique :

- Abolition de la TVQ sur la restauration et les vêtements ;

- Harmonisation de la TVQ à la TVH de l’Ontario pour la construction domiciliaire ;

- Accès à des soins hospitaliers dignes des autres grands centres urbains.

Nous proposons également que le gouvernement du Québec inclus dans son plan pour une économie verte en 2030 les recommandations suivantes :

- Accompagner les entrepreneurs à développer une expertise pour réaliser des projets éco-responsables

- Créer un fonds avec un retour sur l’investissement en prêt remboursable, incluant un taux d’intérêt de 1 à 3 % pour financer la gestion du fonds ;

- Créer un fonds en subvention pour supporter les grands projets de revitalisation, d’élimination de grands îlots de chaleur et de densification urbaine.

Naturellement, il ne s’agit pas ici des seules mesures qui s’offrent à notre gouvernement mais elles peuvent certes nous permettre de tirer efficacement notre épingle du jeu et de nous démarquer.

À cet égard, le gouvernement du Québec n’est pas le seul acteur qui a un rôle majeur à jouer. Le conseil municipal de Gatineau et le gouvernement du Canada auront aussi leur part de responsabilités à assumer dans la mise-en-place de mesures novatrices. Gatineau doit faire preuve de leadership et s’assurer d’être présent pour l’électrification et l’intermodalité du transport de marchandises, en particulier à l’intérieur du corridor Québec/Montréal/Gatineau/Toronto/États-Unis. L’Outaouais peut en retirer des milliards de revenus économiques potentiels, tout en développant le plein potentiel de l’aéroport exécutif de Gatineau-Ottawa et le développement de son parc d’affaire.

Nous sommes heureux de constater que les différents acteurs socio-économiques du Québec s’unissent d’une même voix pour proposer des solutions concrètes, non pas seulement à la relance du développement économique suites à la COVID-19, mais à une transformation accélérée de notre vision du Québec de demain.

Brigil à la ferme intention de faire preuve de leadership en développant des communautés soucieuse de son environnement, qui favorise l’économie locale, l’indépendance alimentaire, la mobilité durable et l’efficacité énergétique.

Voilà, quelques idées, présentées bien humblement, qui pourraient relancer notre économie et stimuler l’emploi et la croissance de revenus dans nos entreprises qui sont durement affectées.

Soyons proactif, Ne lâchons pas.

Gilles Desjardins,

Président,

Brigil