Corinne Voyer 
Corinne Voyer 

Des étiquettes simples sur le devant de l’emballage SVP

LA VOIX DES LECTEURS / La situation actuelle nous rappelle l’importance de la santé et de sa précieuse valeur. Les bouleversements engendrés par la pandémie sont nombreux et leurs effets sur les habitudes de vies et de consommation de la population sont inquiétants. À ce jour, les données disponibles démontrent que les personnes atteintes de maladies chroniques sont plus vulnérables aux complications de la COVID-19.

Une alimentation riche en éléments nutritifs peut aider à maintenir un système immunitaire fort et prévenir les problèmes de santé. Considérant le contexte actuel, l’importance du fardeau des maladies chroniques au pays et le rôle de l’alimentation qui lui est associé, il est plus que jamais nécessaire de fournir une information fiable, claire et facile à repérer sur le devant de l’emballage des produits alimentaires pour faciliter un choix éclairé.

La pandémie que nous vivons a redéfini la manière dont les Canadiens font leur épicerie : la population doit minimiser la manipulation des produits et le temps passé dans les commerces. Il devient donc impératif que les produits riches en sucre, sel et gras saturés soient clairement identifiés. Plusieurs aliments transformés et ultra-transformés sont maquillés en produits sains grâce à leur emballage.

On y retrouve de faux logos aux allures santé (ex. : Collations sensées, Meilleur choix, Signature santé, etc.), des allégations nutritionnelles positives (ex. : riche en fibres ou en vitamine D), ou encore une mise en valeur de certains ingrédients, comme les fruits ou les légumes. Cette pratique est particulièrement utilisée au niveau des aliments consommés par les enfants, comme les céréales à déjeuner, les barres tendres, les galettes ou les muffins.

D’ailleurs, la Coalition québécoise sur la problématique du poids a réalisé des travaux au cours de l’automne 2018 jusqu’au printemps 2019 sur la publicité alimentaire aux enfants, notamment dans les épiceries. Des 469 produits alimentaires recensés, ciblant les enfants, seulement neuf emballages affichaient le nouveau tableau de valeur nutritive.

Ce constat est extrêmement décevant puisque le règlement est en vigueur depuis décembre 2016, alors que les entreprises effectuent régulièrement des changements à leurs emballages. Les nouvelles règles visent à aider le public à mieux comprendre l’étiquetage et à faire des choix alimentaires plus éclairés en matière d’alimentation, il est donc déplorable de constater le manque de transparence de l’industrie alimentaire ainsi que son inaction.

Malgré l’amélioration visée par le tableau de valeur nutritive, celui-ci demeure un outil difficile à comprendre pour plusieurs consommateurs et son utilité est limitée pour choisir rapidement un produit à l’épicerie. Simplifier l’information nutritionnelle, à l’aide de logos établis et gérés par Santé Canada, faciliterait la compréhension, peu importe l’âge, la langue et le niveau de littératie du consommateur.

C’est donc par souci de transparence et pour favoriser la saine alimentation de tous les Canadiens que le gouvernement devrait adopter de façon imminente un étiquetage nutritionnel simplifié sur le devant de l’emballage, en plus de le mettre en place très rapidement.

Dans les dernières années, le gouvernement libéral a fait preuve de leadership en matière de saine alimentation, notamment avec la refonte du Guide alimentaire canadien. Devant les effets désastreux qui incombent à la COVID-19, mais aussi aux maladies chroniques, il est essentiel que le gouvernement poursuive ses actions pour soutenir la saine alimentation. Il y a urgence d’agir pour assurer une santé durable à l’ensemble de la population.

Corinne Voyer 
Directrice de la Coalition québécoise sur la problématique du poids