Décriminaliser l'aide à mourir

Dans «Le droit de vivre sa mort» (LeDroit, 16 janvier), Denis Gratton raconte la fin de vie d'Irène Laperrière et l'appui de sa fille à la croisade du député Steven Fletcher pour décriminaliser l'aide médicale à mourir. Je l'approuve sans réserve. Le jour même de la publication, j'ai appris que mon meilleur ami belge, âgé de 95 ans, souffre le martyre d'un cancer généralisé. Son épouse, presque aussi âgée, est épuisée. Il a donc demandé l'euthanasie. Ce sera fait très prochainement.
Heureux pour lui qu'il vive en Belgique. Si je suis un jour dans le même état, je demanderai d'y être transféré. Comme pour les soins de santé, où ceux qui en ont les moyens se font soigner aux États-Unis ou en Europe, le droit à mourir dans la dignité dépend de vos capacités financières. Cela doit changer!