Mathieu Lacombe, ministre québécois de la Famille et responsable de l'Outaouais

De la parole à l’action

OPINION / Santé Outaouais 2020 félicite le gouvernement du Québec et particulièrement le ministre de la Famille et ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, d’avoir réussi à régler le problème de la langue d’enseignement pour l’année préparatoire des étudiants admis à la faculté de médecine de McGill. Le programme qui devait se donner en anglais seulement à McGill à Montréal sera maintenant offert en français à l’Université du Québec en Outaouais, conjointement par les deux universités.

Par ailleurs, SO2020 réitère sa satisfaction pour l’adoption par l’Assemblée nationale du Québec d’une motion unanime, à la fin d’octobre 2019, reconnaissant entre autres un sous-financement en santé pour l’Outaouais. Il s’agit d’un geste d’une grande importance pour la région. Nous répétons que cette reconnaissance doit être suivie d’actions concrètes, notamment sur le plan des investissements afin qu’elle ne reste pas lettre morte.

La correction du retard en santé ne pourra se régler en une ou deux années, mais il faut passer rapidement à l’action étant donné l’ampleur des correctifs à apporter. Le sous-financement chronique, évalué à 250 millions $ annuellement par l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques en août 2018, a entraîné un sous-développement des infrastructures hospitalières et un manque criant de personnel (1300 infirmières, auxiliaires et préposés et 200 médecins spécialistes).

L’adoption de la motion a été précédée par un engagement formel du premier ministre en janvier 2019 « d’investir rapidement dans la région, vu les retards partout ». Toutefois, aucun investissement significatif n’a été annoncé à date. Il est impératif que des mesures et les investissements nécessaires soient inclus dans le prochain budget. Ainsi, des mesures devraient être prévues pour attirer et retenir du personnel infirmier (par ex. l’octroi de primes, l’augmentation du nombre de postes permanents), et le développement des infrastructures (devancer l’ouverture de la nouvelle unité des naissances prévue pour 2022, moderniser le centre de cancérologie, etc.).

Un autre dossier capital est celui de la construction d’un nouvel hôpital à Gatineau. Le CISSSO — Centre intégré de la santé et des services sociaux de l’Outaouais — a remis au ministère un plan clinique révisé qui comprend des options pour l’ajout de 170 lits de courte durée. Il semblerait qu’une des options envisagées soit la construction d’un tout nouvel hôpital régional spécialisé, qui regrouperait toutes les spécialités actuellement dispersées entre l’hôpital de Hull et celui de Gatineau. 

Ayant préconisé l’option d’un agrandissement majeur de l’un ou de l’autre des deux hôpitaux pour optimiser les équipements et les services en place, nous pensons que l’option d’un tout nouvel hôpital spécialisé comporte également plusieurs avantages. Elle donnerait l’assurance d’avoir un ensemble complet d’équipements spécialisés, de plateaux techniques, avec les technologies de pointe. 

En concentrant toutes les spécialités dans un seul hôpital, cela permettrait de rassembler toutes les ressources, assurant ainsi de meilleurs services à la population. Ce serait un investissement majeur, mais il serait plus durable qu’un hôpital agrandi. La région serait enfin traitée sur le même pied que les autres régions, qui disposent d’un hôpital régional spécialisé.

Un tout nouvel hôpital spécialisé moderne permettrait aussi d’attirer les spécialistes qui manquent depuis longtemps. Le gouvernement du Québec pourrait récupérer la plus grande partie des sommes présentement versées à l’Ontario pour des soins obtenus dans cette province, qui s’élèvent entre 100 et 110 millions $ annuellement. L’annonce de l’option retenue ne doit pas tarder, pour permettre une consultation de la population et pour établir un échéancier raisonnable pour l’ouverture du nouvel hôpital.

Nous avons toujours confiance au gouvernement de la Coalition avenir Québec et au ministre responsable de l’Outaouais, ainsi que ses deux collègues régionaux, pour actualiser la motion de l’Assemblée nationale. Toutefois, il faut agir rapidement.

Andrew Gibson et Gilbert Langelier,

Santé Outaouais 2020