Le recteur de l'UQO, Denis Harrisson, a prononcé cette allocution lors du Grand rendez-vous de l'UQO, le 17 mai dernier.

De bonnes nouvelles pour l’UQO

J’ai souvent mentionné, depuis mon arrivée au Rectorat, que les étudiants doivent être au cœur de toutes nos décisions et de nos actions. « Enrichir l’expérience étudiante » est d’ailleurs « la » grande priorité de notre plan stratégique 2016-2020.

Vous comprendrez donc que nos diplômés sont, pour moi, très importants et qu’ils représentent une grande source de fierté pour l’ensemble de la communauté universitaire! Peu importe où ils se dirigent après leurs études, ils portent en eux l’expérience qu’ils ont vécue à l’UQO et contribuent à faire rayonner son nom.

L’Association des diplômés de l’UQO joue un rôle important pour garder vivant ce lien entre notre université et nos diplômés, et je profite de l’occasion pour souligner le 30e anniversaire de l’ADD et pour remercier tous les membres qui y siègent ou y ont siégé depuis les 30 dernières années pour tout le travail qu’ils ont accompli.

Cette année encore, de nombreux projets nous ont amenés à travailler en étroite collaboration. Il y en a trop pour tous les nommer, mais il en est un que j’aimerais souligner puisqu’il est le fruit de la collaboration de nombreux partenaires de la grande région de l’Outaouais. En effet, grâce à la participation de la Ville de Gatineau, des MRC de l’Outaouais, de la Chambre de commerce de Gatineau, de Centraide Outaouais, de Tourisme Outaouais, du CISSSO et du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, nous avons procédé, en mars dernier, au lancement officiel de l’Observatoire du développement de l’Outaouais. Cet outil de développement régional nous permettra de maximiser le potentiel de développement de l’Outaouais, et ce, tant en milieu rural qu’en milieu urbain.

Ce lancement a été l’une des nombreuses bonnes nouvelles qui ont marqué l’année 2018 jusqu’à maintenant pour l’UQO.

D’abord, le projet de consolidation de notre campus de Gatineau. En réunissant quelque 6000 personnes au quotidien sur un même campus, ce projet permettra d’intensifier l’impact de la présence de l’UQO à Gatineau en plus de créer un impact significatif sur l’amélioration de la vie étudiante et sur la création d’une identité forte pour l’UQO.

Ce nouveau dynamisme sera palpable tant sur le campus que dans tout le quartier. On pourra enfin parler de l’émergence d’un véritable quartier universitaire pour la ville de Gatineau. De plus, il permettra à l’UQO de devenir un leader de l’innovation inclusive en concentrant les espaces de recherche interdisciplinaire et intersectorielle et en mobilisant le dynamisme de nos professeurs-chercheurs les plus performants.

Ensuite, le développement de programmes en santé. Au cours des prochaines années, ils permettront aux jeunes de l’Outaouais qui souhaitent poursuivre leurs études universitaires dans ces domaines de le faire ici même à l’UQO sans avoir à s’exiler. Ces programmes permettront aussi, bien sûr, de répondre aux besoins criants de la région pour des professionnels dans le domaine de la santé.

Enfin, la nouvelle formule de financement des universités avantageuse pour l’UQO. Toutes ces nouvelles auront un impact majeur pour le développement de notre université, mais aussi pour la Ville de Gatineau et pour la population de tout l’Outaouais.

Plusieurs de ces projets faisaient partie des priorités de développement de notre université et contribueront largement à favoriser le rattrapage tant attendu en termes d’offre de programmes et d’infrastructures pour les établissements d’enseignement supérieur en Outaouais, revendiqué depuis 2011 par l’Alliance pour la cause de l’enseignement supérieur en Outaouais.

J’en profite pour remercier tous les partenaires de la région qui ont appuyé les démarches de l’ACESO et qui ont fait du développement de l’enseignement supérieur la priorité no 1 pour la région. Cette mobilisation sans précédent a largement contribué à doter le Cégep de l’Outaouais et le Cégep Heritage College de nouvelles infrastructures et de nouveaux programmes au cours des dernières années. Et c’est maintenant au tour de l’UQO de récolter les fruits de cette mobilisation.

Pour clore la liste des bonnes nouvelles, pour la première fois de son histoire, l’UQO accueillera le congrès de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS) en mai 2019, l’un des plus importants rassemblements du monde académique de la francophonie auquel participent annuellement quelque 5 000 scientifiques de tous les secteurs de la connaissance. C’est une occasion exceptionnelle pour l’UQO, la Ville de Gatineau et tout l’Outaouais de rayonner dans la francophonie internationale.

En terminant, je tiens à souligner qu’il ne faut pas oublier notre campus dans les Laurentides. Nous travaillons en étroite collaboration avec la Ville de Saint-Jérôme afin de convenir d’un protocole d’entente qui nous permettra de mettre de l’avant des projets visant le développement de notre campus de Saint-Jérôme et de la Ville. La question de l’agrandissement du campus, qui est actuellement à pleine capacité, fait bien sûr partie des projets à l’étude.

Comme vous pouvez le constater, ce ne sont pas les projets qui manquent. Toute cette effervescence témoigne du dynamisme et de la volonté de notre communauté universitaire à offrir une programmation et des services arrimés aux  besoins de la population de l’Outaouais et des Laurentides.

L'auteur est Denis Harrisson, recteur de l'Université du Québec en Outaouais (UQO). Il a prononcé cette allocution lors du Grand rendez-vous de l'UQO, le 17 mai dernier.