De 2012 à 2015

Malgré qu'il n'y ait peu ou pas de parallèle sur le fond entre le Printemps érable 2012 et celui de 2015, il semble y avoir plusieurs parallèles dans la forme jusqu'ici. Dialogue de sourd entre tous les parties concernées. Communication et négociation par la confrontation médiatique et la manifestation populiste. Ignorance de la majorité silencieuse (à l'intérieur des organisations manifestantes et de l'extérieur de celles-ci). Chaos logistique planifié et désiré pour contourner et défier les règles établies pour le déroulement de manifestations publiques contrôlées. Débordement de désobéissance sociale et civile via l'inclusion non-désirée et non désirable de délinquants criminels non concernes par la «cause». Coordination désorganisée entre les parties intervenantes. Et, finalement, manifester pour les fins de principalement protester sans vraiment manifester pour les fins de négocier et de s'entendre...
Luc Rioux, Gatineau