Les drames nocturnes ont longtemps terni la réputation de Hull à l'échelle nationale.

Dangereux et inacceptable

OPINION / Le projet pilote sur les heures d’ouverture des bars à Gatineau, proposé par Cédric Tessier, est dangereux et inacceptable. Dangereux, parce qu’il vise à en préparer le prolongement définitif ; et inacceptable, parce qu’il s’avère difficile de mesurer les conséquences à long terme.

L’harmonisation des heures de fermeture des débits d’alcool entre l’ancienne Ville de Hull et Ottawa en 1997 a mis fin à une période où le Vieux-Hull vivait des nuits tumultueuses et était le théâtre de nombreuses scènes de violence. Ces drames nocturnes ont nationalement terni la réputation de Hull.

Les conditions à cette époque n’ont pas changé.

L’âge légal pour la consommation en Ontario est encore de 19 ans alors qu’il est de 18 ans au Québec. Il y a toujours quatre fois plus de jeunes de 18 ans du côté ontarien. Rappelons qu’avec la croissance démographique des 20 dernières années, la population régionale a augmenté de plus de 30 %.

Seule l’harmonisation entre Hull et l’Ontario a pu avoir enfin raison des débordements. Malgré ce succès, encore tout récemment les résidents du Vieux-Hull menaient des campagnes contre le tapage nocturne des fêtards. Elles démontrent que, malgré le comportement plus policé et « civilisé » de la clientèle, la cohabitation entre les bars et la population résidente reste un défi de tous les instants.

Par ailleurs, cet équilibre fragile sera affecté par la mutation de restaurants en bars prévue par le projet de loi 170 adopté en juin. Parmi les articles proposés, il y a celui permettant aux restaurants de servir de l’alcool sans obligation de consommer de la nourriture. Et que dire de la consommation légalisée du cannabis ?

Si l’intention derrière cette initiative est la poursuite du développement du Vieux-Hull comme pôle ludique, familial, culturel et touristique, il n’y aura aucun problème à trouver un consensus autour de propositions qui respectent l’heure de fermeture actuelle qui a fait ses preuves.

Un centre-ville dynamique et animé est certes souhaitable. Or, dans le contexte frontalier de Gatineau, son centre-ville a besoin d’un supplément de protection pour assurer la paix de sa population et le succès de toute mesure de revitalisation.

Jean-Pierre Couture, Claude Bonhomme, Michel Légère, Michelle Guitard, Raymond Ouimet, Claude Papineau (ex-chef de police de Hull), Monique Trotier. Guy Lecavalier, Claude Lemay, Roland Michaud (ex-conseillers de Hull)