Le politologue Isidore Kwandja Ngembo se demande où va la Francophonie.
Le politologue Isidore Kwandja Ngembo se demande où va la Francophonie.

Cinquante ans après, où va l’Organisation internationale de la Francophonie ?

OPINION / Voilà exactement un an, le 3 janvier 2019, Louise Mushikiwabo prenait fonction comme Secrétaire générale de la Francophonie. Cette première année de son mandat sera jugée à l’aune d’un événement fondateur. 2020 marque en effet les 50 ans de la création de l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT) en 1970 devenue par la suite l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

L’idée est de l’homme politique nigérien, Hamani Diori, premier président de la République du Niger (1960-1974) qui, avec le Sénégalais Léopold Sedar Senghor, le Tunisien Habib Bourguiba, le Cambodgien Norodom Sianouk, est l’un des « pères fondateurs » de la francophonie politique et institutionnelle. Face au lourd défi d’amener leurs pays, ayant depuis peu accédé à l’indépendance, à se sortir du carcan colonial et se développer, il fallait faire front commun et la langue française en partage ne pouvait être qu’une chance, un outil de coopération. Or, une question revient sur toutes les lèvres, une préoccupation exprimée par plusieurs francophones, qu’advient-il de cette organisation et de l’idéal qui l’a fait naître ?

L’hebdomadaire français Jeune Afrique du 26 décembre 2019 rapportait que la Secrétaire générale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, a achevé de « faire le ménage à l’OIF » afin d’installer ses équipes. Balayés, de nombreux personnels à tous les échelons et pratiquement tous les directeurs et directrices en fonction durant le mandat de Michaëlle Jean à qui elle a succédé.

Cependant, pas la moindre trace d’offres d’emploi, d’ouvertures de poste affichées par l’Organisation, ni d’indication pour combien de temps. Le site internet de l’OIF a été également complètement remanié, au point qu’il est pratiquement indéchiffrable et l’on cherchera en vain la mention de nominations aux différents programmes sans gouverne.

Reste que Jeune Afrique, l’habituelle source, qui dans un encadré signale que les directeurs et directrices en charge respectivement de Programmation et Développement stratégique, de Langue française et de Culture, des Ressources humaines, de l’Administration et des Finances, ont été abruptement limogés. Le directeur chargé de l’Éducation et de la Jeunesse ayant atteint l’âge obligatoire de la retraite arrivait en fin de contrat en 2019. Les Représentants permanents de l’OIF aux Nations unies à New York et à Genève ont également été remerciés. Le directeur du Bureau régional de l’Afrique de l’Ouest qui avait affiché sa loyauté à Michaëlle Jean pendant la campagne a été révoqué à la suite d’une procédure disciplinaire. Le Camerounais de nationalité canadienne, chef de la direction Affaires politiques et gouvernance démocratique, a été muté représentant permanent de l’OIF auprès des Nations unies à Genève. Le Belge qui occupait ce poste a été, lui, promu directeur de la Francophonie numérique. On savait déjà que la Rwandaise Oria K. Vande Weghe responsable des communications de Mme Mushikiwabo notamment sur les réseaux sociaux, avait été promue directrice de la communication de l’OIF. 

Ce grand remaniement s’est passé dans la plus grande opacité, voire parfois à l’encontre des dispositions relatives au statut du personnel en vigueur.

On peut comprendre que les nominations des membres de son cabinet soient à la discrétion de la Secrétaire générale. Mais les nominations au sein même de l’administration de la Francophonie doivent être faites dans les conditions prévues au statut des fonctionnaires internationaux de cette organisation. On s’attendrait au strict respect du Statut du personnel de l’OIF qui définit les principes généraux, conditions d’emploi, droits, avantages, obligations et devoirs des membres du personnel.

Les articles 34, 36, 39 et 40 dans le texte, tout particulièrement en ce qui a trait au recrutement dans la catégorie des professionnels et des directeurs, stipulent clairement que « les nominations se font par appel et mise en concurrence de candidatures, après une publication d’au moins trois semaines [...] Les vacances d’emploi, les nominations, les mutations et les promotions font l’objet d’une large communication [...] Le Secrétaire général confie à un comité consultatif de sélection le soin d’examiner les qualifications, la formation, les compétences et l’expérience professionnelle des candidats à un emploi de la catégorie des professionnels [...] Pour les postes de directeur ainsi que les emplois pour lesquels le Secrétaire général le juge nécessaire, notamment ceux nécessitant des compétences techniques élevées, il est procédé à un concours sur épreuves ad hoc. »

Des règles rigoureusement appliquées sous l’administration précédente qui, par souci de transparence, a lancé les offres d’emploi pour toutes les directions, conformément aux dispositions relatives au statut du personnel en vigueur. Puis, elle a confié à une agence internationale spécialisée et des comités de sélection extérieurs de l’OIF le soin d’examiner les qualifications, la formation, les compétences et l’expérience professionnelle des candidates et des candidats, pour tous les postes à combler au siège à Paris, tout comme dans les bureaux régionaux, les organismes subsidiaires — l’Institut de la Francophonie pour le développement durable et le nouvel Institut de la Francophonie pour l’éducation et la formation professionnelle (IFEF) — les représentations permanentes à New York, Genève, Bruxelles, Addis-Abeba, Haïti et Hanoi.

Au début de novembre, soit tout juste 10 mois après son arrivée, Louise Mushikiwabo s’est séparée de son directeur de cabinet, le Français Nicolas Groper. Tel que rapporté par Jeune Afrique, ce départ serait pour des raisons personnelles et familiales. Mais à en croire le même magazine et selon certaines indiscrétions au sein de l’organisation, il y avait un sérieux problème de hiérarchie au sein du cabinet. M. Groper ne supportait pas que le conseiller spécial de la Secrétaire générale, le Rwandais Désiré Nyaruhirira, l’homme de confiance de Louise Mushikiwabo, interfère dans ses décisions et conteste son autorité. Son départ serait plutôt dû aux vives tensions entre les deux hommes. Il sera immédiatement remplacé par un autre Français, Jean-Marc Berthon, ex-conseiller spécial du président Emmanuel Macron, en charge des droits de l’Homme, des relations avec la société civile, des enjeux globaux et... de la Francophonie.

Ce qui aura, somme toute, nui à Michaëlle Jean, c’est son souci de rigueur dans tous les processus de gestion de l’Organisation, tout le contraire du procès pour manque de transparence qui lui a été fait. Elle n’agissait que dans la transparence et l’absolue franchise, une certaine audace, beaucoup d’enthousiasme, son habituelle force de conviction et cette indépendance d’esprit qui rappelait celle de Boutros Boutros Ghali. Lui non plus n’aura pas obtenu de second mandat pour aller de l’avant. Ceux qui voulaient les clés de la maison pour eux-mêmes et pour leurs intérêts, n’ont pas supporté cette même façon chez Michaëlle Jean de penser une Francophonie des devoirs et des responsabilités, du mérite et des résultats dans la conduite de ses missions, tels qu’édictés dans sa charte.

Venons-en au XVIIIe Sommet de la Francophonie prévu à Tunis, terre de Bourguiba, pour le cinquantenaire de l’Organisation.

Le Sommet de la Francophonie est l’événement saillant qui réunit les chefs d’État et de gouvernement des pays membres, observateurs ou associés, tous les deux ans, autour des grandes orientations, la bonne marche des missions dévolues à l’organisation, mais également d’un certain nombre de sujets d’intérêt commun. Le Sommet de cette année sera particulier, Emmanuel Macron ayant exprimé son souhait, dont il veut convaincre ses pairs, que la Charte de la Francophonie soit revue de fond en comble et ramenée principalement à la défense de la langue française. À mille lieux dès lors de ses fondements historiques qui sont politiques et institutionnels.

À en croire Maghreb Confidentiel, filiale d’Africa Intelligence, très bien introduit dans les cercles de pouvoir et d’influence en Afrique, les nouvelles ne semblent pas très rassurantes sur la tenue optimale du XVIIIe Sommet de la Francophonie. Dans ses éditions d’octobre, novembre et décembre 2019, Maghreb Confidentiel mentionnait que rien ne va plus entre l’OIF et Tunis qui risquerait de perdre le Sommet. Le président tunisien Kaïs Saïed boude le Sommet de la Francophonie. Le coordonnateur général nommé par le président tunisien pour le Sommet de la Francophonie serait sans budget et en mal de l’organiser dans les meilleures conditions. Pour le président tunisien, la Francophonie ne serait pas une priorité. Tout le contraire de son prédécesseur Béji Caïd Essebsi qui voulait voir la Tunisie l’accueillir, en faire une occasion magistrale pour consolider et mobiliser la coopération francophone en faveur de la paix, la sécurité, le développement, la démocratie, les droits et les libertés. Aujourd’hui la voix de la Francophonie est pratiquement inaudible notamment sur tout ce qui se rapporte à la démocratie et aux droits de la personne. La question qui revient encore : Où va la Francophonie ?

L'auteur de ce texte, Isidore Kwandja Ngembo, est politologue et analyste des politiques publiques à Ottawa.