Château Laurier: combler le fossé culturel entre le passé et le futur

OPINION / Au cours des trois dernières années, nous avons grandement collaboré avec le personnel de l’urbanisme et du patrimoine de la Ville d’Ottawa, ainsi qu’avec la Commission de la capitale nationale, pour concevoir un design qui répondait aux critères établis par la Ville, la CCN et Parcs Canada. Notre travail incluait la participation à de nombreuses assemblées publiques et à un comité consultatif, ainsi que de multiples présentations aux divers groupes d’examen du design de la Ville d’Ottawa et de la CCN.

Le 27 juin 2019, le conseil municipal donnait son approbation conditionnelle d’un permis pour biens patrimoniaux. La motion du conseil confiait alors l’approbation des modifications finales à apporter au design au directeur général de l’urbanisme, de l’infrastructure et du développement économique. Cette même motion confiait également l’application du plan du site (APS) au comité d’urbanisme.

Le 13 juin 2019, le comité d’urbanisme recevait un rapport du personnel indiquant que la proposition correspondait aux conditions de design associées à un permis pour biens patrimoniaux et il recommandait l’approbation du plan du site. Le comité a approuvé l’APS le jour même.

Au total, cinq versions ont été mises au point pour parvenir au schéma qui a été approuvé par le comité d’urbanisme. Tout ce travail a été effectué en demeurant à l’écoute des divers intervenants afin de concevoir un édifice respectueux de l’environnement et une annexe s’harmonisant à l’actuel Château Laurier.

L’engagement du public dans le processus a été vaste et solide, ce qui témoigne de l’importance du Château Laurier, tant pour la Ville d’Ottawa que pour le Canada. Bien que le débat public ait été passionné, il est important de comprendre qu’il y a un processus d’engagement et d’examen qui a été respecté. Nous croyons que ce que le comité d’urbanisme a finalement approuvé représente et se veut une synthèse de tous les commentaires qui ont été émis tout au long du processus.

Fondamentalement, il s’agit d’un débat à propos de ce qui constitue une réponse architecturale adéquate à une structure historique nationale. Il existe une continuité d’idées allant de ceux qui croient que rien de moins qu’une réplique du langage architectural actuel du Château ne serait acceptable jusqu’à la croyance que les édifices sont finalement des symboles et des expressions culturelles de notre époque. Il s’agit d’un débat qui inclut nécessairement tous les citoyens et des professionnels en provenance d’organismes publics et de partout ailleurs.

En conclusion et en dépit du vaste engagement et du débat collectif qui ont entouré le projet, nous croyons avoir conçu une annexe plus petite et dont le style sera différent de celui du Château Laurier actuel, tout en faisant preuve d’un degré exceptionnel de souci du détail en tenant compte du caractère particulier du bâtiment. Un édifice qui établira un lien à la fois magnifique et pertinent avec le parc Major’s Hill, rehaussera la promenade du Canal et occupera une position respectueuse dans l’avenue Mackenzie. Un édifice qui contribuera à combler le fossé culturel entre le passé et le futur.

L’auteur est Peter Clewes, associé fondateur de la firme Architects Alliance et l’architecte responsable pour le nouveau design du projet d’agrandissement du Château Laurier