La ville d'Ottawa est aux prises avec la COVID-19 depuis maintenant 100 jours.
La ville d'Ottawa est aux prises avec la COVID-19 depuis maintenant 100 jours.

Cent jours de COVID-19 à Ottawa

OPINION / Hier a marqué le 100e jour depuis le 12 mars, date à laquelle l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que la COVID-19 était une pandémie – une première depuis la création de l’organisation, en 1948. Le 11 mars, Santé publique Ottawa confirmait la présence de la COVID-19 dans la communauté. Puis le 17 mars, le premier ministre Doug Ford déclarait l’état d’urgence dans la province de l’Ontario.

En un clin d’œil, la population d’Ottawa a été frappée par l’un des plus importants défis de la génération. La vie telle que nous la connaissions était bouleversée à mesure que les villes, les villages et les municipalités mettaient fin à leurs activités. Les entreprises et les commerces fermaient leurs portes, entraînant ainsi un ralentissement économique sans précédent. Les habitants étaient confinés chez eux sans savoir ce que l’avenir leur réserverait.

De toute évidence, nous devions agir vite pour protéger les résidents contre la COVID-19. En réponse, le personnel et les ressources de la Ville ont été rapidement redéployés pour répondre aux besoins essentiels de notre communauté. Nous avons élargi nos services en ligne et à distance afin de pouvoir continuer à servir nos résidents pendant que la plus grande partie des effectifs municipaux travaillait à domicile.

L’intervention de la capitale nationale face à la pandémie a été extraordinaire grâce en grande partie au travail phénoménal des employés de Santé publique Ottawa et de nos partenaires locaux de la santé qui mettaient tout en œuvre, 24 heures par jour, pour assurer la sécurité de nos résidents. 

En un temps record, le Commandement des incidents de la région sanitaire de Champlain (CIRSC) a mis sur pied, en collaboration avec SPO, un centre d’évaluation qui a reçu jusqu’à présent plus de 30 000 personnes s’étant présentées pour des tests de dépistage. Peu après, deux cliniques de soins ont été ouvertes pour contribuer à réduire la pression pesant sur les salles d’urgence et les cliniques de médecine familiale.

Bien évidemment, notre capacité à aplanir la courbe repose finalement entre vos mains, à Ottawa ; vous avez d’ailleurs été à la hauteur du défi. Compte tenu de la grande patience et du grand respect dont ont fait preuve les résidents de la ville à l’égard des directives en matière de santé publique, la province a autorisé la capitale à passer à l’Étape 2 du plan de réouverture de la province. Cela nous a permis de redémarrer graduellement l’économie locale et de reprendre certains programmes municipaux. Ottawa est la plus grande municipalité de l’Ontario à avoir été autorisée à passer à l’Étape 2 de la réouverture. Nous en sommes arrivés là grâce aux efforts que vous avez déployés pour aplanir la courbe. 


Le maire d'Ottawa, Jim Watson

L’Étape 2 a permis aux petits commerces, comme les terrasses de restaurants et les salons de coiffure pour hommes, de servir de nouveau leurs clients. De nouvelles lignes directrices et de nouvelles mesures ont été mises en œuvre pour assurer la sécurité de tous les employés et clients.

Bien que nous nous rapprochions de la nouvelle normalité, nous devons rappeler aux résidents d’Ottawa que la COVID-19 n’a pas disparu – le virus demeure présent dans notre communauté et nous devons être COVIDavisés. Il est capital que, à mesure nous nous déconfinons, nous n’oublions pas ce qui nous a menés là. 

Les dizaines de milliers de personnes qui ne sont pas encore retournées travailler ont besoin de notre soutien afin que nous puissions passer à la prochaine phase de déconfinement de la manière aussi sécuritaire que possible.

Cela fait 100 jours. Pour certains, c’est déjà 100 jours de trop. 

Soyez assurés que, si nous continuons à nous aider les uns et les autres et à collaborer pour lutter contre cette pandémie, la population d’Ottawa s’en sortira plus forte que jamais.

L'auteur du texte est le maire d'Ottawa, Jim Watson.