«Certes, le théâtre de la francophonie canadienne doit faire face à certains défis, mais il est animé d'une grande vivacité», s'enthousiasme l'auteur.

Bonne Journée mondiale du Théâtre!

En ce 27 mars, l'Association des théâtres francophones du Canada (ATFC) est heureuse de souhaiter à tous les lecteurs du Droit une bonne Journée mondiale du théâtre ! Créé en 1962 par l'Institut international du théâtre (ITI), un organisme mis sur pied par l'UNESCO après la Deuxième Guerre mondiale, cet événement vise à rapprocher les peuples grâce à des initiatives porteuses de paix.
Au Canada, tous les 27 mars, l'ATFC se joint à la Professional Association of Canadian Theatres et à Playwrights Guild of Canada pour commander un message canadien qui est lu dans les deux langues un peu partout au pays. Cette année, ces organismes ont invité Gilles Poulin-Denis (auteur et comédien fransaskois, récemment nommé à la direction artistique des Zones théâtrales) à rédiger le message canadien. 
Un théâtre en pleine ébullition
L'Association des théâtres francophones du Canada est un organisme national au service des arts et qui regroupe quatorze compagnies professionnelles situées dans six provinces où les francophones évoluent en situation linguistique minoritaire, à savoir le Nouveau-Brunswick, l'Ontario, le Manitoba, la Saskatchewan, l'Alberta, et la Colombie-Britannique. Elle représente également les quelque 400 artistes professionnels qui gravitent autour d'elles, ainsi qu'une vingtaine de regroupements de théâtre indépendants.
Chaque année, le public de la francophonie canadienne bénéficie de saisons théâtrales articulées et pertinentes, qui témoignent de l'excellence de la création de Vancouver à Caraquet. L'an dernier, ces compagnies ont offert 1314 représentations destinées tant aux jeunes publics qu'au grand public, atteignant 196 205 spectateurs un peu partout au pays. Près de la moitié de ces productions ont été créées à l'intention du jeune public. En 2015-2016, les compagnies de l'ATFC ont pu joindre 64 184 jeunes, dans sept provinces et territoires.
Enjeux et défis
Malgré cette effervescence, le théâtre de la francophonie canadienne fait face à certains défis. La plupart des compagnies membres de l'ATFC sont responsables d'une salle de spectacle, représentant un véritable carrefour pour l'ensemble du milieu artistique et culturel de leur ville. Elles manquent toutefois de ressources humaines et financières pour déployer le plein potentiel de ces installations.
Si les compagnies de théâtre francophone se produisent annuellement dans près de 240 communautés partout au Canada, les conditions de leurs tournées sont très loin d'être optimales.
Depuis plusieurs années, la mise en place de surtitres a permis au théâtre de la francophonie canadienne d'accueillir la clientèle anglophone et les couples exogames, mais il doit continuer à être proactif afin d'assurer la diversification de ses publics, notamment les nouveaux arrivants.
La Fondation pour l'avancement du théâtre francophone au Canada, un prolongement philanthropique de l'Association, profite du 27 mars pour relancer sa campagne de sollicitation, dont le porte-parole est Me Michel Bastarache. 
Il y a près de deux ans, l'ATFC a mis sur pied un ambitieux projet visant à recenser les besoins du milieu et à proposer des solutions, afin de contribuer à son essor. Elle tenait d'ailleurs le 21 mars une importante rencontre avec ses partenaires du fédéral à ce sujet.
Certes, le théâtre de la francophonie canadienne doit faire face à certains défis, mais il est animé d'une grande vivacité. Nous pouvons fonder de grands espoirs en son avenir, notamment en raison d'importants investissements fédéraux en culture. Célébrons en grand !
L'auteur, Alain Jean, est directeur général de l'Association des théâtres francophones du Canada