Doug Ford, premier ministre ontarien

AFMO: des appuis de solidarité

OPINION / Le milieu associatif et institutionnel franco-ontarien déplore toujours les compressions qu’a effectuées le gouvernement Ford en novembre 2018, en particulier aux chapitres de l’Université de l’Ontario français et du bureau du Commissaire aux services en français. D’autres intervenants hors de la province ont à leur tour dénoncé ces compressions.

L’Association française des municipalités de l’Ontario (AFMO) a établi des liens avec ses homologues ailleurs au Canada. Suivant les compressions provinciales, les associations de municipalités francophones au Manitoba, au Québec —seulement dans cette province, une centaine de résolutions en provenance de municipalités et de MRC sont revenues —et au Nouveau-Brunswick ont uni leur voix à la vague d’indignation.

«Les compressions comme celles touchant l’Université de l’Ontario français et le Commissariat illustrent la fragilité des acquis des francophones de la province, déplore Roger Sigouin, maire de Hearst et président de l’AFMO.

Nos collègues ailleurs au Canada français ont compris que cela pourrait aussi se produire chez eux et je les remercie de leur appui. C’est pourquoi, chacun dans notre milieu, nous ne pouvons relâcher la vigilance. Nous devons continuer à affirmer notre présence sur l’échiquier sociopolitique et veiller à préserver les institutions dont nous avons besoin afin de continuer de vivre et de travailler en français... chez nous.»

Nouveaux membres

Par ailleurs, l’AFMO est en meilleure santé qu’à la fin 2017, alors qu’elle se butait à un déficit important. Depuis ce temps, les finances ont été redressées.

À compter de février 2019, d’importantes municipalités ont aussi renouvelé leur cotisation à l’organisme, dont Timmins, Welland, Sudbury et Clarence-Rockland. Le maire de cette dernière, Guy Desjardins, a notamment intégré le conseil d’administration le 1er février 2019 à titre de représentant de l’Est ontarien, quelques jours après avoir remis en question de futures cotisations à l’AFMO.

L’AFMO entend concentrer ses efforts de sensibilisation sur des municipalités qui n’ont pas renouvelé leur cotisation. Entre autres, une rencontre sera organisée en mars avec des représentants de la Ville de Toronto afin qu’elle réintègre le giron de l’organisme et afin qu’elle représente ses contribuables francophones et francophiles.

René Beaulne,

Directeur général,

Association française des municipalités de l’Ontario