Des centaines de patients de l’Outaouais verront leur rendez-vous pour une échographie être annulé au cours des prochains jours.

Accès aux services d’échographie en Outaouais: le patient doit demeurer la priorité

OPINION / À la ministre de la Santé et des Services sociaux,

Au nom de l’Ordre des technologues en imagerie médicale, en radio-oncologie et en électrophysiologie médicale du Québec (OTIMROEPMQ) qui a pour mission première la protection du public, je vous interpelle aujourd’hui en réaction à une situation problématique décriée dans le journal Le Droit. On y rapporte que «des centaines de patients de l’Outaouais verront leur rendez-vous pour une échographie être annulé au cours des prochains jours». 

En effet, après de nombreux échanges avec la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), et la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ), la Clinique d’échographie de l’Outaouais s’est finalement vu retirer son numéro de désignation le lundi 3 juin, parce qu’elle n’appartient pas à un radiologiste. 

On l’empêche ainsi d’effectuer des examens échographiques, service qu’elle offre à la population québécoise depuis près de 20 ans. Il est important de noter que ce n’est pas la qualité du travail effectué par les professionnels concernés qui est remis en cause dans ce dossier. 

Cependant, en raison de cette décision administrative, la clinique n’est plus en mesure d’offrir à la population les services auxquels elle a droit, puisqu’elle n’a plus accès à la rémunération accordée par la RAMQ. 

Pour l’instant, 372 patients devront subir des délais d’attente afin d’être pris en charge dans d’autres établissements qui peinent déjà à répondre à la demande. Mais au cours des prochaines semaines, ce sont plus de 700 patients qui seront touchés mensuellement par la fermeture de ce service offert par la clinique. Il y a donc urgence d’agir. 

Madame la ministre, l’OTIMROEPMQ sollicite donc votre collaboration dans ce dossier. Rappelons-nous qu’une seule priorité demeure : l’accès aux services de santé.

L'auteure du texte est Danielle Boué, présidente de l'Ordre des technologues en imagerie médicale, en radio-oncologie et en électrophysiologie médicale du Québec.