À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

La bataille du climat

Avec le dernier rapport du GIEC, nous avons constaté qu’un ennemi est à nos portes : les changements climatiques. Notre planète est menacée. 

Comme le Canada l’a appris en 1914 et en 1939, de grandes menaces demandent des mesures extraordinaires. C’est l’heure d’une mobilisation massive : notre économie devra être réorientée et nous devrons cibler l’ennemi avec intelligence, science et détermination. 

En temps de guerre, on a déjà vu des partis rivaux se joindre. J’appelle donc tous les partis aux Communes à se rassembler en « cabinet de guerre » pour arriver à des solutions non partisanes et efficaces. Mon plus grand souhait serait que le dossier de la lutte aux changements climatiques soit géré comme une parenthèse intouchable qui ne fera pas l’objet de luttes politiques dans l’année électorale qui vient. 

Dans 50 ans, quand nos enfants se recueilleront pour se souvenir des sacrifices faits par leurs concitoyens au XXIe siècle, ils se souviendront de la guerre contre les changements climatiques, gagnée grâce à l’unité et aux sacrifices faits pour eux. À l’attaque !

Gilles Cloutier, Gatineau

***

Irresponsabilité fiscale

Je suis d’accord avec l’opposition de Jocelyn Blondin et  de Louise Boudrias à l’augmentation de la dette municipale de 95,5 millions $ sur 20 ans pour compenser la réduction de la taxe dédiée pendant trois ans.

Premièrement, Gatineau n’a jamais fait la démonstration des besoins d’entretien et de développement des infrastructures. Deuxièmement, la raison d’être de la taxe dédiée était d’éviter l’endettement pour les dépenses d’entretien des infrastructures qui devaient être considérées comme des dépenses courantes. Troisièmement, à la longue cet endettement pour financer les travaux d’entretien coûtera plus cher aux contribuables.

Si le conseil veut donner un répit fiscal responsable, il faudrait éviter le recours à l’endettement en limitant la croissance des dépenses. 

Selon les estimations municipales, avec une augmentation de la taxe dédiée de 0,5 %, le montant de 31,5 millions $ recueilli en 2018 passerait quand même à 36,0 millions $ en 2019, à 40,8 millions $ en 2020 et à 45,9 millions $ en 2021.

Bill Clennett, Gatineau

------------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

Contribuables de Gatineau, que préférez-vous ? Une plus grosse dette ou un rabais sur vos impôts fonciers ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.