À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

L’artiste était Luc Paris

Le Droit a rappelé l’affaire Dasken. Cette propension politique pro-promoteur est toujours d’actualité. En complément à ce clin d’œil sur l’histoire locale, je souligne que c’était Luc Paris (1949-2009), un artiste de la région qui a réalisé l’œuvre d’art « Enfin le soleil ».

Bill Clennett, Gatineau

***

Il est grand temps

Entièrement d’accord avec le Dre Julie Lockman (« Une déferlante qui bouleverse », Le Droit, 28 octobre). C’est noble de descendre dans la rue pour assurer la pérennité des institutions francophones en Ontario. Cependant les Franco-Ontariens doivent aussi mettre tout en œuvre pour éviter que l’assimilation n’éradique leur langue française. C’est là que la lutte doit s’intensifier. Il est temps qu’ils se lèvent pour le français au dépend de l’anglais ou du franglais. Tout déni mènera à la disparition de la langue et du fait français en Ontario.

Pierre Larabie, Gatineau  

***

Masson en évidence

Merci aux intervenants et aux bénévoles lors de l’exposition de photos relatant l’histoire de Masson. Un merci spécial à Guillaume Charron pour ses explications sur les photos de sa collection. 

S’y rendre redonnait un sentiment de fierté et d’appartenance inoubliable à travers l’histoire de cette municipalité. Belle initiative !

Yves Gosselin, Gatineau

***

Dépenses des conseillers

Certains conseillers de Gatineau ont dépensé plus de 41 000 $ en publicité en 6 mois dont plus de 7 000 $ pour une seule conseillère d’Aylmer. Nous n’avons pas entendu de réaction de la part du bureau du maire Maxime Pedneaud-Jobin. 

C’est le bon moment pour établir des limites... raisonnables. Cela serait digne d’être publicisé.

Marc Rhéaume, Gatineau

------------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

La Dre Julie Lockman, fière francophone, constate un essoufflement du français en Ontario. Le constatez-vous aussi?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.