À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Quelque chose d’indécent

On est capable de marcher et mâcher de la gomme en même temps, mais il y a quelque chose d’indécent avec un projet pilote sur l’alcool jusqu’à 3 h à partir d’un sondage bidon en pleine crise d’inondations.

Bill Clennett, Gatineau

Les micro-groupuscules

Merci aux autorités fédérales d’avoir dit non à la visite de l’ex-président de la Catalogne, Carles Puigdemont. Elle n’aurait servi que les intérêts discutables de micro-groupuscules divisionnaires.

René Thibault, Ottawa

Draguer la rivière ?

Les inondations sont de plus en plus fréquentes, surement dû aux changements climatiques. Nous parlons souvent du barrage de Carillon qui en 1962 a relevé le niveau de la rivière des Outaouais. Peut-être que la rivière manque de fluidité durant le dégel parce qu’elle n’est pas assez profonde par endroits. J’y navigue souvent et j’ai été surpris du peu de profondeur. À partir de l’île Kettle, 4 à 5 mètres de profondeur, les deux côtés de l’île Lower Duck, 3 à 4 mètres, de l’île Pétrie jusqu’à la rivière du Lièvre 2 mètres, de la Baie du fer à cheval jusqu’à la baie de la Loutre 5 ou 6 mètres, de la baie Campbell jusqu’au quai de Thurso 7 ou 8 mètres, de la baie Dubé jusqu’à la baie des Outardes 8 mètres.  

La rivière des Outaouais devrait être draguée pour avoir au moins 18 m au barrage de Carillon.

Jean Blanchard, Gatineau

Des mesures permanentes

Face aux inondations devenues récurrentes, nos dirigeants ont parlé jusqu’à maintenant de mesures temporaires pour faire face aux dommages. Malheureusement, ce ne sont que des diachylons qui devront être appliqués de nouveau à chaque fois. Rien n’est réglé. Il est temps de mesures plus efficaces et permanentes, comme la construction de nouveaux bassins de rétention ou barrages en amont des zones urbaines le long de la rivière des Outaouais, surtout. Ça coûterait cher mais à la longue, pas plus cher que les inondations coûtent et continueront de coûter.  

Robert Potvin, Gatineau

***

La question du jour :

Qui pourrait bien être intéressé à se porter acquéreur d’Air Transat ? Pourquoi ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com