À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Déficit mon œil !

Déficit mon œil ! Ces gens veulent nous faire croire n’importe quoi. Nos compatriotes francophones de l’Ontario méritent une université de langue française. Le Québec compte trois universités anglophones. L’Université McGill va célébrer bientôt ses 200 ans. Créé et construite durant les années de l’épidémie de choléra, en pleine crise agricole, pendant les années de grande famine et de rébellion. Durant le plus grand déplacement massif de population et pendant la plus grande vague d’immigration dans l’histoire du Québec et du Canada. Cette université a été construite dans la période la plus difficile de notre histoire. À une époque où le nouveau gouvernement canadien était efforcé de concilier les intérêts des francophones et des anglophones, des catholiques et des protestants, à une époque où la religion, la culture, la langue et d’autres débats menaçaient de faire imploser le pays.

Déficit mon œil ! Refuser ce qu’ils ont droit, ce n’est pas du « nation building ». Que l’on ne se demande pas pourquoi que la nation francophone gronde. Il ne faut pas oublier également qu’elle a déjà mordu à plusieurs reprises dans le passé (Montfort). Elle a toujours trouvé les moyens à se défendre.

Sébast. Beaudoin, Campbell’s Bay


Un hommage

Décédé la semaine dernière, Paul Surprenant qui fut directeur d’écoles primaires et secondaires a su faire une différence dans la vie des gens qui l’ont côtoyé. Approche humaine, professionnalisme, capacité à mobiliser, autant de qualités qu’il a su démontrer au contact de son entourage. Bien des jeunes et leurs parents l’ont apprécié. Nous en gardons de précieux souvenirs.  

Daniel Faubert, Gatineau


À Wakefield ?

Pour quelle raison est-ce que ce lac-à-l’épaule du conseil municipal de deux jours se passe à Wakefield plutôt qu’à Gatineau... aux frais des contribuables ?

Pierre Trudel, Gatineau


Boudrias remerciée

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin n’aime pas la contradiction et il agit en conséquence en remerciant la mairesse suppléante Louise Boudrias. Trump Junior peut-être ?

H. Raymond, Gatineau

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

L’énoncé économique prévoit déficit après déficit, au nom du ratio de la dette. Adhérez-vous à ce plan ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.