À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Le roi Dagobert

La Ville de Gatineau n’a plus d’ombudsman. Pourtant, il faisait office du bon Saint-Éloi qui disait sans réserve au roi Dagobert qu’il avait mis sa culotte à l’envers : « Votre Majesté est mal culottée ». Et croyez-vous que le roi tout puissant a fait disparaître l’emmerdeur Saint-Éloi ? Au contraire, il a reconnu que Saint-Éloi avait raison et offrit réparation : « C’est vrai lui dit le roi, je vais la remettre à l’endroit ! ». J’invite tous les membres du conseil de Gatineau à lire la définition du mot ombudsman, protecteur du citoyen. Ils comprendront qu’ils ont mis leurs culottes à l’envers et qu’ils viennent de se priver de leur meilleur allié pour savoir ce qui se passe dans les services administratifs de la Ville, face aux attentes et doléances de leurs citoyens, payeurs de taxes et électeurs.

Antoine L. Normand, Gatineau


La région peut jouer un rôle de premier plan

Un nouvel hôpital Civic sera bientôt construit à Ottawa. Pourquoi ne pas en profiter pour faire de même et remplacer le vieil hôpital de Hull ? Un peu de rénovations et on pourrait convertir ces vieux bâtiments en centres d’accueil, de formation et d’intégration des réfugiés et demandeurs d’asile au Canada. Ce serait également une chance unique d’attirer et de retenir de nouveaux arrivants qualifiés et de remédier ainsi à notre pénurie de personnel, surtout dans le domaine de la santé. L’accueil des nouveaux arrivants est devenu une industrie, une activité qui crée des milliers de nouveaux et bons emplois. Pourquoi notre région ne jouerait-elle pas un rôle de premier plan ?

Gilles Marleau, Orléans


La CCG se mouille

Il faut se réjouir de la participation visible de la Chambre de commerce de Gatineau (CCG) au Sommet Énergie Verte Outaouais, le 27 avril dernier. Espérons que la CCG est finalement sortie du placard en matière d’environnement. Impossible de bien protéger le milieu naturel dont nous dépendons tous, et de pratiquer un développement économique durable, sans le concours sincère de notre classe d’affaires. Prochaine étape : continuer de prendre connaissance que les enjeux environnementaux ne se limitent pas aux certificats d’autorisation et aux rainettes. À quand des conférenciers dans ce domaine pour entretenir les membres de la CCG à ses prochains événements sociaux ?

Paul G. Chénard, Gatineau

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Comment la région d’Ottawa-Gatineau peut-elle devenir une capitale du vélo ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.