À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Prévenir les inondations

Voici quelques propositions pour prévenir les inondations...

D’abord, ne pas se fier à la neige reçue et les pluies printanières. Regardons aussi les tonnes de glace qui fondent dû aux changements climatiques. Pas de permis de construction en zone inondable, point! Laissons les décisions aux personnes compétentes dans chacun des domaines, et pas qu’aux politiciens. Draguer la rivière des Outaouais : elle est peu profonde et c’est facile d’inonder ses berges. Arrêter la coupe à blanc des forêts, replantez des millions d’arbres. Le pavage est peut-être le plus grand danger pour l’environnement.

Arrêtons de polluer autant et pensons aux générations futures, l’avenir en dépend et nous en avons les preuves aujourd’hui.

Edgar Moreau, Gatineau

Beau geste de la STO

Les familles Biron et Ladouceur remercient du fond du coeur le geste de la Société de transport de l’Outaouais. Elle a mis les drapeaux en berne en la mémoire de mon frère Luc qui a travaillé comme chauffeur pendant plus de 25 années. Il est décédé le 24 avril dernier. Puis, lors du service religieux du 9 mai, la STO a nolisé un autobus avec plusieurs collègues, avec l’inscription «À la mémoire de Luc Biron».

Je ne connais pas d’employeur qui oserait faire un geste pareil. Plusieurs membres de nos familles ont versé des larmes en voyant l’autobus. Félicitations ! Nous sommes très reconnaissants du geste posé en sa mémoire et nous remercions les collègues qui sont venus saluer mon frère pour la dernière fois.

Réjean Biron, via Internet

Une décision courageuse

En passant du provincial au fédéral (Rien de gagné à aller au fédéral, Le Droit, 14 mai 2019), Marie-France Lalonde n’abandonne pas les habitants d’Orléans, au contraire! En quittant son poste, elle a le courage de ne pas jouer la sécurité. C’est positif pour ses électeurs et pas seulement pour sa famille! Même si elle devait se retrouver, très temporairement sans doute, sur les banquettes arrière au Parlement fédéral, elle aurait globalement plus d’influence sur le sort des électeurs d’Orléans, et des Franco-Ontariens en général, qu’en restant dans un parti marginalisé à Queen's Park pour encore trois ans. Et elle pourra veiller de l’extérieur à la nécessaire reconstruction du parti libéral ontarien. Bonne décision, Madame Lalonde!

Roland Madou, Ottawa

***

La question du jour :

Marie-France Lalonde se présentera à l’investiture libérale fédérale dans Orléans, en vue des élections du 21 octobre prochain : quelles sont ses chances ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com