À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Des permis pour les cyclistes

Avez-vous déjà calculé combien de permis il vous faut juste pour entretenir votre demeure, votre terrain ? Un tel document est exigé pour enlever un arbre et le remplacer. Il vous en faut un autre pour changer quelques fenêtres, ainsi que le bardeau d’asphalte pour votre toiture. Un autre pour modifier votre salle de jeu, remodeler votre salle de bain, votre cuisine et ainsi de suite. Par contre, vous n’êtes pas tenu d’avoir un permis pour circuler en vélo sur les mêmes voies que les automobilistes. Ça s’appelle partager la route. Souvent, ces cyclistes sont insouciants, ne font pas toujours des arrêts obligatoires, circulent négligemment entre les voitures, brûlent volontairement les feux rouges, n’ont pas les équipements élémentaires de sécurité, n’arborent pas des bandes ou gilets réfléchissants ou ne portent pas un casque de sécurité. Ils ne se positionnent pas toujours en file, ne connaissent souvent même pas les règles élémentaires de la signalisation ou s’en moquent éperdument. Mais ces mêmes cyclistes, contrairement aux automobilistes qui doivent emprunter des routes souvent impraticables dans la ville, sont souvent choyés avec des pistes absolument magnifiques. Et la ville dépensera de fortes sommes pour les accommoder davantage. Alors, s’il existe un groupe qui devrait avoir un permis, c’est bien les amateurs du vélo. Ça aiderait à renflouer les coffres municipaux. 

Jacques Henri, Gatineau

Mauvaise nouvelle

Mauvaise nouvelle venant du ministère de l’Éducation. On projette d’augmenter les notes (artificiellement) des étudiants en français, pour leur permettre de « passer » quand ils sont trop faibles. Quel mauvais service on leur rend ! Le Ministère fait déjà preuve de beaucoup de laxisme, depuis la réforme en particulier. Étant tutrice de français, j’en vois régulièrement les résultats. J’ai reçu, entre autres, une étudiante universitaire dont la qualité du français était de niveau fin du primaire. Pourtant, elle possédait un bac en français émis par une des Universités outaouaises. Pourquoi ce cadeau qui ne lui rend aucunement service ? Pas étonnant qu’elle ait de la difficulté à se trouver du travail ! Que vaudront les diplômes de ces futurs travailleurs dans quelques années ? Désolant !

Pierrette Mongrain, Gatineau

***

La question du jour :

Quel avenir souhaitez-vous pour le ruisseau de la Brasserie ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com