À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

La mairesse de la Terre plate

Pendant combien de temps encore la conseillère Nathalie Lemieux, qui refuse d’admettre que la Terre est ronde, va-t-elle ternir l’image de la Ville de Gatineau ? 

Mme Lemieux devrait aller poser sa candidature aux États-Unis, où une forte proportion de la population croit, comme elle, que la Terre est plate, où le vice-président Mike Pence et d’autres élus sont créationnistes et où l’omniscient Donald Trump met en doute les faits attestés scientifiquement. 

« Chacun peut croire ce qu’il veut », affirme Mme Lemieux. Alors, je crois que la conseillère n’est pas à sa place et qu’elle doit avoir l’honnêteté de quitter ses fonctions. Cette croyance n’est pas une vérité scientifique, mais elle découle du gros bon sens que partagent, j’en suis sûr, la majorité des Gatinois. 

Jean Delisle, Gatineau

***

Pour le mieux et pour le pire

Alors que certains contributeurs politiques au Droit semblent distraits par les réflexions épistémologiques de la conseillère Lemieux concernant la forme de notre planète sphéroïde, il y a des enjeux municipaux bien plus pertinents à porter au discours public, comme l’initiative douteuse d’un projet de transport à haute densité via Alexandre-Taché et le chemin d’Aylmer. 

L’objectivité et le professionnalisme sont clés de la durabilité de la presse écrite. 

Éloignons-nous des polémiques axées sur les adversaires perçus et jetons moins de pierres sur des personnes aux opinions divergentes.

Mike Dugan, conseiller municipal de Gatineau

***

Luce Dufault m’enchante

Merci Yves Bergeras de cette entrevue avec Luce Dufault. Le chant et le champ de cette fille de chez nous, son amicale complicité avec les paroliers, chanteuses, compositeurs, musiciens et producteurs que vous nous faites découvrir émeuvent, élèvent. Ses soirs de scotch m’enchantaient. Je l’adorais. Je sens qu’à la sortie du four de son disque, je vais la vénérer. Par les temps qui courent, on espère voir, entendre des histoires, des mots, des motifs, des airs tendres.

Pascal Barrette, Ottawa

------------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

La propagation du coronavirus vous inquiète-t-elle?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.