À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Abdiquer? Jamais !

Il y en a qui croient qu’on doit baisser les bras et ne pas revendiquer ce qui nous revient de plein droit. Jamais jusqu’à ma mort je n’abdiquerai ! Je serais le Franco-Ontarien le plus heureux sur terre si on obtenait une fraction de ce que les Anglo-Québécois ont déjà. Je me passerais de l’affichage commercial bilingue (quasi-inexistant à Ottawa) et des affiches bilingues sur les routes si ça me donnait trois universités françaises et des hôpitaux francophones. Ça serait l’utopie !

Comment espérer convaincre les anglophones qui n’y voient que des revendications sans fondement? Cessons de comparer la lutte des Anglo-Québécois à la nôtre. Leur existence n’est pas en cause. Pour les Franco-Ontariens, c’est une tout autre histoire.

Jean Nadeau, Ottawa

***

La plus transparente

Le correspondant Bill Clennett fait des affirmations qui ne sont pas exactes («Un recul de 25 ans», Le Droit, 27 novembre). Quand il fait référence aux pratiques sous l’administration Labine, il fait référence à la tenue de caucus préparatoire à huis clos avant le conseil. Ce caucus existe toujours, mais il se tient toujours en public. De plus, nos pléniers sont eux aussi, à priori en public. Ce que M. Clennett voulait probablement dénoncer, ce sont les rencontres de travail que nous faisons à huis clos. Ce sont des rencontres où il ne se prend aucune décision, elles servent à préparer les résolutions qui seront débattues en public. Dorénavant, parce que nous voulons que Gatineau reste un modèle de transparence au Québec, l’ordre du jour de ses rencontres sera rendu public.

Nous continuons d’améliorer nos pratiques, même si, avant même les améliorations issues du Lac-à-l’épaule, aucune autre ville au Québec n’était aussi transparente que Gatineau.

Maxime Pedneaud-Jobin, Maire de Gatineau

***

Une prédiction

Je vous fais une prédiction. Eugene Melnyk attend de recevoir son chèque d’environ 20 millions $ résultant de l’arrivée de Seattle dans la LNH pour ensuite vendre les Sénateurs d’Ottawa.

Pierre Giroux, Gatineau

***

LA QUESTION DU JOUR

Si vous aviez une question pour Erik Karlsson, qui revient à Ottawa en fin de semaine, laquelle serait-elle ?

Erik Karlsson reviendra à Ottawa en fin de semaine.

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.