À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

L’eau brune avant !

Emprunter pour la réfection du boulevard Saint-Joseph? Certains Gatinois voient de l’eau brune sortir de leurs robinets depuis des années. Ils doivent y laver leur vaisselle, leur linge... L’eau étant une première nécessité, il est impérieux de résoudre ce problème en priorité. Si la Ville de Gatineau choisit de s’endetter, ce devrait d’abord être pour offrir de l’eau propre à tous.

Louise N. Boucher, Gatineau

Un slogan sans sens

Gatineau pour la vie: ce slogan ne s’applique pas à Masson-Angers. Tout se détériore et on ne répare pas. On a fermé l’aréna à cause d’un problème de gaz. Maintenant en pleine canicule, la piscine est en panne à cause d’un manque d’entretien.

Les concessionnaires et autres commerçants ne veulent pas s’identifier à Masson-Angers. Un commerçant arrivé récemment, presque au cœur de Masson, Papa Pizza, s’identifie à Buckingham dans sa publicité. Ça fait pas mal de commerces à boycotter. Lorsque nous leur en faisons la remarque, pour nous clouer le bec, ils s’identifient à Gatineau. Nous payons des taxes nous aussi, mais nous ne pesons pas bien lourd dans la balance. Nous voyons annoncer des projets très dispendieux dans les autres secteurs, train vers l’ouest, réfection de Saint-Joseph et j’en passe, tout ce que nous demandons est de conserver nos acquis.

À l’est de Gatineau, Masson-Angers n’est pas concernés par ces projets. En fait, nous avons l’impression de ne pas en faire partie. La fusion n’a rien apporté pour valoriser notre secteur et ce n’est pas par esprit de clocher que je dis cela, c’est un cri de détresse.

Pierrette DesRosiers, Masson-Angers

Merci à toute l’équipe

Le 4 juillet 2018, un record de chaleur a été fracassé. Moi, ce fut mon entrée à l’hôpital de Hull pour une chirurgie attendue depuis très longtemps. L’infirmier Steve, les infirmières Mélanie, Caroline et Aliona, les préposés Jean-Marc et Noémie ont démontré un dévouement. 

À tous ainsi qu’à l’équipe du bloc opératoire du Dr Khalaf, je vous suis infiniment reconnaissante!

Isabelle Mondor, Gatineau

***

La question du jour :

Moins de 150 000 $ de redevances pour l’eau en bouteille, sur des ventes de 2 milliards de litres puisés. Est-ce suffisant ou non ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com