À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Pourquoi McGill ?

L’idée d’implanter une faculté de médecine en Outaouais est justement de donner aux francophones la possibilité d’entreprendre des études en médecine en français en Outaouais et d’espérer qu’ils s’établissent ici après leurs études. Pourquoi l’Université McGill est-elle responsable de son implantation ? Ceci découle d’un partage du territoire québécois entre les universités québécoises pour ce qui est de l’offre de certains services. McGill aurait hérité de l’Outaouais. Alors c’est à McGill de s’adapter au milieu et non le contraire. Après bien des débats, McGill garantit maintenant l’enseignement en français à 100 % lorsque la faculté ouvrira ses portes. On leur demande tout simplement de faire de même pour l’année préparatoire et que celle-ci ait lieu en Outaouais plutôt qu’à Montréal. 

La correspondante Monique Dubois-Roy (« Question linguistique », Le Droit, 6 novembre) a tout à fait raison que de parler plusieurs langues est un atout, mais ici on parle de langue d’enseignement. Si on veut apprendre une autre langue, on suit les cours appropriés.

Gilles LeBlanc, Gatineau

***

Merci à Bernard Landry

Il m’est arrivé, quand j’étais à l’ÉNAP (École nationale d’administration publique), d’avoir Bernard Landry comme professeur d’économie internationale. Il venait à Hull une fois par semaine pour donner ses trois heures de cours. Je ne suis sûrement pas le seul à me souvenir de M. Landry comme d’un maître brillant et convaincant. C’était aussi un homme de grande culture, de vision et de conviction. Un privilège pour moi de l’avoir connu.

Gilbert Troutet, Gatineau

***

Merci au Droit !

Pour faire suite à une rencontre du comité des bâtisseurs du Monument de la francophonie Embrun et la région, le 7 novembre 2018, les membres voudraient remercier le journal Le Droit pour l’excellente couverture accordée à ce grand projet. De la première pelletée de terre le 25 septembre 2017, jusqu’à son inauguration officielle le 30 novembre dernier, vos journalistes ont su propager ce beau rêve communautaire et faire connaître chacune des étapes de sa réalisation. Particulièrement, merci à Martin Brunette et Émilie Pelletier pour leur collaboration et leurs couvertures médiatiques. Le Droit fait une différence à la promotion de notre francophonie et ce dans notre belle région de l’Est de l’Ontario.  

Au nom du Comité des bâtisseurs du Monument de la francophonie Embrun et la région, nous vous prions d’agréer l’expression de notre respectueuse reconnaissance.  

Daniel Pierre Bourdeau, Monument de la francophonie d’Embrun

------------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

Qu’est-ce que Québec et Ottawa pourraient faire à propos de Bombardier, ses ventes et son limogeage de 5000 employés ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.