À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Les Tours de la discorde

En 2013, la population de Gatineau s’est donné un nouveau maire parce qu’elle en avait ras le bol de la petite politicaillerie et qu’elle voulait un maire qui mettrait la ville « sur la mappe ». Elle voulait d’un maire qui est capable de « mettre ses culottes » et qui avait une vision tournée vers le renouveau. 

Le projet de Brigil aurait donné une vision extraordinaire à notre ville, en plus de créer 1000 nouveaux emplois et apporter des milliers de dollars en taxes. Ce projet aurait attiré les gens de partout dans la région d’Ottawa-Gatineau. Mais, comme mon père disait, « nous sommes nés pour un petit pain » et être visionnaire ne fait pas partie de notre vocabulaire. Le patrimoine a déjà perdu de sa notoriété depuis que les édifices de Place du Portage sont apparus. Et un fait assez ironique, même Marc Bureau, président des conseils d’administration d’Enviro Éduc-Action et du CREDDO (Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais) était favorable à la construction de ces deux tours ! Dommage !

Ginette Kingsberry, Gatineau

Absence de consultation

Nous avons eu droit à une mini consultation au printemps au sujet du parc des Cèdres. Cela excluait toute discussion sur le resto-bar Pavillon à la Marina. Une consultation publique devait avoir lieu quelques semaines plus tard, mais la consultation a été reportée. Une consultation aura lieu cet automne, mais elle sera axée uniquement sur l’utilisation et l’aménagement futur du parc des Cèdres. Maintenant on nous annonce que le pavillon à la Marina sera détruit cet automne. Les citoyens d’Aylmer n’ont été nullement consultés. L’Association du patrimoine d’Aylmer a également demandé à être consultée et leur demande a été rejetée !

Est-ce que 5 millions $ sont vraiment nécessaires pour un nouveau pavillon alors que 300 000 $ auraient suffi pour le rénover ? 

Les citoyens réclament qu’on les écoute avant toute décision. Oui, les conseillers sont élus pour décider mais ils sont également élus pour consulter leurs électeurs. En fin de compte, on nous aura imposé le nouveau pavillon, payé, il va de soi, avec nos impôts fonciers !

Jean Deschênes, Gatineau

***

La question du jour :

Le Festival international des montgolfières de Gatineau a-t-il répondu à vos attentes?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com