À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Parlons du budget en Ontario

Dans les 450 écoles de langue française en Ontario, les arts, le leadership jeunesse et la culture sont de puissants outils de construction identitaire et d’animation culturelle. 

Ces axes d’intervention, ainsi que la politique d’aménagement linguistique, incarnent les raisons d’être du système spécifique aux francophones. 

Si on en venait à sabrer dans ces dépenses, on couperait dans l’estime et le bien-être des enfants et surtout dans la pérennité de l’identité même de notre pays, rien de moins. 

N’oublions pas que les 742 000 Franco-Ontariens, souvent réduits dans les calculs pour son pourcentage de 4 %, représentent l’équivalent de la population totale de Terre-Neuve, de l’Île-du-Prince-Édouard, du Nunavut, des TNO et du Yukon tous additionnés ensemble ! 

Dans le contexte exponentiel de mondialisation dans lequel nous vivons, comme le français est la 3e langue des affaires sur la planète et la 2e langue seconde la plus enseignée, outillons-nous encore plus fort pour parler affaires avec plus de 80 pays... en français ! Continuons à partager ces faits ainsi que la beauté de notre langue et notre culture franco-ontarienne avec les millions d’anglophones et de francophiles déjà convaincus... 

Et surtout avec les autres moins renseignés qui ont « Tant à découvrir » !

Félix Saint-Denis, Embrun


Engorgements à venir

Avec toutes les nouvelles concernant la réparation, la construction et la fermeture des ponts de la région, il est à espérer que le gros bon sens sera utilisé pour régler les engorgements certains qui nous attendent pour la fin du printemps et l’été à venir. 

La plus simple des solutions serait d’ouvrir les deux voies du pont Champlain à toutes les voitures et d’oublier le covoiturage. 

De toute façon, plus de la moitié des voitures ne respectent pas la signalisation. 

Une idée de génie serait de laisser les voitures qui désirent tourner à gauche au bout du pont, le loisir d’utiliser la voie du centre.

Annik Parent, Gatineau

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Que pensez-vous de la déréglementation de l’industrie du taxi au Québec ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.