À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Ils ont mon appui

Je suis tout à fait d’accord avec les résidents de la rue du Sommelier, à Gatineau, qui désirent conserver leur tranquillité. Résident de la rue de Cannes, ils ont mon appui et certainement celui de résidents de rues avoisinantes qui absorbent une circulation additionnelle parce que certains prennent des raccourcis. Depuis quand dévie-t-on la circulation d’autres secteurs par des rues de quartier ? La route 307 et le boulevard de la Vérendrye sont les voies de circulation dans ce secteur, pas la rue du Sommelier. S’il y a un problème d’urbanisme, ce n’est pas à nous à en subir les conséquences pour permettre à des résidents qui n’ont rien à voir avec le secteur d’y circuler. J’aimerais qu’on m’explique pourquoi il y a tant de véhicules sur la rue de Cannes le matin. Pourtant, il n’y a aucun commerce dans le secteur. Un vrai bon plan d’urbanisme ne devrait pas permettre de telles aberrations.

Roland Tremblay, Gatineau

***

Ohé, cyclistes !

Je me réjouis de voir sans cesse croître le nombre de cyclistes. Un point cependant me préoccupe. Les vélos sont soumis aux mêmes règles que les voitures en ce qui concerne le Code de la route. Malheureusement, plusieurs cyclistes ne se soucient pas des arrêts. J’habite non loin d’une intersection comportant un arrêt toutes directions obligatoires. Or je vois rarement des cyclistes s’arrêter. Personne ne souhaite un accident, mais...

Jean Prévost, Gatineau

***

Sympathie limitée

Je sympathise avec les propriétaires de taxis, mais je ne suis pas d’accord avec leurs demandes. Ils ont investi dans une entreprise et cette dernière est maintenant déficitaire. Il n’incombe pas aux contribuables de sécuriser votre investissement. Dans le passé, j’ai moi-même perdu un montant substantiel dans un investissement et personne n’est venu à ma rescousse. C’est triste, mais la vie est ainsi faite. 

Ils ont beau prendre la population en otage avec leurs moyens de pression, les contribuables ne doivent pas renflouer leurs pertes.

Jacques Pouliot, Gatineau

------------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

Les trois grands partis au Québec sont prêts à bonifier la Charte de la langue française : que voudriez-vous y voir ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.